in

Boss of the Year – critique du film

Un costume sur mesure, une super voiture, une énorme maison et une entreprise florissante. Blanco (Javier Bardem) – propriétaire d’une usine familiale de fabrication de balances, est en passe de recevoir le prix de la meilleure entreprise. Malheureusement, les choses ne se passent pas comme prévu pour le patron éponyme. Un employé licencié se met en grève près de l’usine, l’un de ses principaux subordonnés souffre de dépression, et un autre encore s’inquiète des frasques de son fils. Comme si cela ne suffisait pas, une stagiaire tombe amoureuse de lui. M. Blanco veut régler ces questions le plus rapidement possible afin que le prix lui revienne enfin.

Patron de l’année nous entraîne dans un monde très familier où l’obsession des gens leur permet de franchir toutes les frontières. Blanco s’immisce dans l’intimité de ses employés avec ses bottes et tente à tout prix de leur régler les problèmes, de sorte qu’ils accueillent le comité avec humour et semblent ravis de pouvoir travailler pour son entreprise. Fernando León de Aranoa dans sa satire, éparpille les pions sur l’échiquier et conduit progressivement à un climax qui arrive un peu trop tard. Le film gagnerait certainement à être amputé de dix, voire vingt minutes, mais le rythme est vraiment le seul reproche majeur. Car le scénario est rempli de gags capitaux, ainsi que de commentaires très justes et universels sur le capitalisme et les environnements de travail.

Documents de presse

La décision d’un patron oblige à se prononcer sur les frasques ultérieures de ses employés, et se faire virer n’est pas toujours la solution aux problèmes – un travailleur licencié passe à l’action dans un acte de vengeance, faisant savoir à tous que Blanco n’est pas une bonne personne. Le film parvient à dépeindre les personnages très différents et les problèmes potentiels présents sur tout lieu de travail – par exemple, le fait qu’un employeur ne s’intéresse à ses employés que lorsque leurs actions ont un impact négatif sur son entreprise.

L’attention est attirée sur le commentaire social, ce qui rend la production plus satirique. Il ne s’agit en aucun cas d’une comédie typique. Bien qu’elle aborde un certain nombre de questions liées à la culture espagnole, il s’agit d’une histoire très universelle que l’on pourrait, en toute confiance, faire correspondre à la situation dans de nombreux autres endroits du monde. A un moment donné, j’ai eu des associations avec le premier Le mariage Wojciech Smarzowski, lorsque le personnage joué par Marian Dziędziel tente de régler tous les problèmes croissants liés au mariage de sa fille. Blanco est tout aussi dangereux : il manipule ses employés, exigeant d’eux des choses qu’il ne devrait pas exiger. Tout cela pour le bien des affaires. Le message du film est juste et résonne à l’écran, bien que la conclusion finale soit brouillée par la longueur de l’intrigue.

Patron de l’année n’est pas seulement formidable en termes de divertissement, mais dessine aussi une nouvelle réalité construite autour de la réussite au détriment de la santé des personnes grâce auxquelles cette réussite est obtenue. Un tel sentiment après la projection est garanti par le scénario, mais aussi par Javier Bardem qui crée un personnage très ambigu, capable de cacher ses émotions. Blanco, cependant, n’est qu’un être humain et ses problèmes croissants révèlent son vrai visage. Le candidat espagnol aux Oscars a de bonnes chances d’être nommé. Les récompenses pour l’acteur principal ne seront pas non plus une surprise.

Patron de l’année

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les astuces incontournables sur les casinos en ligne : quel intérêt ?

Les astuces incontournables sur les casinos en ligne : quel intérêt ?

La roue du temps - saison 1, épisode 5 - critique

La roue du temps – saison 1, épisode 5 – critique