in

BigBug – critique de film – Alchimy.info

BigBug est une comédie française disponible sur Netflix. La production est dirigée par Jean-Pierre Jeunet, créateur de Amelial’un des films romantiques européens les plus populaires. Cette année, cependant, le film de Jeunet n’a rien à voir avec un doux portrait de Paris – cette fois, le cinéaste se concentre sur le motif de la rébellion des machines, présenté dans des cadres inhabituellement esthétiques.

Le nouveau film se déroule en 2050 et couvre essentiellement quelques heures d’action dans l’appartement du personnage principal, Alice. Cette femme est une artiste qui vit très confortablement au quotidien dans une grande maison robotisée et qui, en même temps, revient avec beaucoup de nostalgie aux choses du passé – on retrouve chez elle des manuscrits, des stylos à plume et des livres imprimés, aujourd’hui rares. Un jour, à la suite d’une certaine chaîne d’événements, des personnes aux caractères complètement différents apparaissent dans la maison de la femme et, en raison d’un dysfonctionnement, elles y sont enfermées pour une période plus longue. Il s’avère rapidement que le dysfonctionnement a une cause plus profonde, qui est le mouvement commun des robots – les machines décident d’éradiquer l’espèce humaine, et les personnages principaux vont devoir travailler ensemble non seulement pour sortir de la maison, mais surtout pour survivre à la nuit en un seul morceau.

BigBug est une production raffinée jusqu’au moindre détail en matière de technique. Le film est absolument remarquable sur le plan visuel – les plans sont beaux, nets et pleins de couleurs vives, les personnages sont superbes, de leurs vêtements à leur maquillage en passant par les détails de leurs coiffures. Chaque accessoire à l’écran semble être méticuleusement placé à sa place ; rien ne semble avoir été assemblé au hasard et on ne sait littéralement pas où regarder pendant le film. Bien sûr, la couche la plus impressionnante est la couche futuriste, représentée par les robots et les petits appareils. L’humanité de 2050 dispose de nombreuses commodités dans ses maisons, dont nous ne pouvons que rêver aujourd’hui. C’est vraiment amusant à regarder, avec un véritable intérêt. On sent que les créateurs de la production ont une imagination débordante. Le fait que les téléspectateurs puissent également s’y plonger procure un réel plaisir. Dès les premiers instants, vous pouvez vous laisser enchanter, les paysages sont d’un très haut niveau.

Cependant, quand il s’agit de l’intrigue elle-même, c’est pire. Le film aborde le thème de la rébellion des machines, mais pas tant à l’échelle mondiale qu’à l’échelle locale. Tout au long de la production, les personnages devront faire face à la menace qui se cache dans cette immense maison interactive. Au début, en effet, un tel thème peut retenir l’intérêt, mais il s’épuise rapidement à la longue en raison de l’uniformité – tant dans les rangs des personnages que dans la scène d’action elle-même. Sept personnes sont opposées à quatre robots intelligents, et le jeu du chat et de la souris dure près de deux heures – c’est un peu long, et à un moment donné, on s’ennuie vraiment. Bien que la maison d’Alice semble être une source d’inspiration inépuisable, les réalisateurs n’utilisent pas son potentiel pour rendre ce qui se passe à l’écran plus intéressant. Il en résulte des scènes interminables qui n’apportent pas grand-chose à l’intrigue en cours. La production ne perdrait rien si elle décidait d’épaissir le rythme – dans sa formule actuelle, le film est tout simplement trop long et l’attention du spectateur se relâche vers la moitié de la projection.

Une raison supplémentaire, qui rend l’ensemble plus faible qu’il ne pourrait l’être, est également une mauvaise caractérisation et une conduite inadéquate du thème – alors que l’intrigue de la rébellion des machines aurait pu être développée de manière vraiment intéressante, ici, à un certain point, elle devient simplement morale, et les technologies super développées et l’atmosphère futuriste passent rapidement au second plan. Tout au long de la production, on sent que l’alchimie entre les personnages humains est tendue – bien qu’au début on nous ait présenté toute une variété de personnages, les créateurs ne l’utilisent pas, ce qui rend leurs intrigues tout simplement ennuyeuses. Il n’y a pas non plus de sentiment clair de danger de la part des robots domestiques – oui, il s’agit d’une comédie et les machines sont plutôt ineptes, mais le fait que leurs interactions avec les humains soient si superficielles rend l’ensemble désagréablement plat. Tous les personnages présentés ne sont pas convaincants et leurs intrigues sont ennuyeuses. Vous ne sentez pas d’étincelles, même malgré l’introduction forcée de thèmes romantiques ou de rivalités pour des faveurs.

BigBug c’est un peu la forme sur le fond. Le thème – potentiellement intéressant, l’humour – incisif (du moins avant qu’il ne devienne éculé), les décors – absolument magnifiques… Cependant, l’ensemble ne dépasse pas le niveau moyen. Après la première vague d’admiration, les émotions du spectateur se refroidissent, car l’histoire et les personnages n’ont pas le pouvoir de retenir l’intérêt, et l’idée même de l’intrigue – même si elle se déroule dans le futur – semble un peu dépassée. Pour moi 6/10.

Source :
photo principale : matériel de presse

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Moon Knight - deux identités de personnages dans une nouvelle illustration

Moon Knight – deux identités de personnages dans une nouvelle illustration

La bourse de crypto-monnaies Binance ne prévoit pas de geler unilatéralement les comptes des utilisateurs en Russie - Burzovnisvet.cz - Actions, Bourse, Change, Forex, Matières premières, IPO, Obligations

La bourse de crypto-monnaies Binance ne prévoit pas de geler unilatéralement les comptes des utilisateurs en Russie – Alchimy.info – Cryptomonnaie