in

Batman – revue des spoilers – Alchimy.info

AVERTISSEMENT : LE TEXTE CONTIENT DES SPOILERS !

Il est devenu naturel, dans le développement du cinéma de super-héros, de s’inspirer habilement de différentes conventions pour juxtaposer des genres souvent contradictoires dans une même œuvre. Ainsi, les tricordeurs jouaient déjà avec le thriller politique, la comédie romantique ou le space opera, ce qui a financé des surprises et donné aux cinéastes l’occasion de raconter leurs histoires de manière créative. Le fait est que le genre super-héros évolue très rapidement et qu’il est nécessaire de pousser le vecteur formel dans des domaines jusqu’ici inexplorés. Taika Waititi, James Gunn, les frères Russo ou Chloe Zhao ont tenté de filtrer le genre à travers leurs propres sensibilités, ce qui a constitué une bouffée d’air frais. Dans une autre direction, il est maintenant parti Matt Reeves avec son Batmanen réduisant au minimum les écrans verts et en se concentrant sur ce qui est tangible et attrayant à Gotham. Le réalisateur ne trouve pas toujours la bonne note, s’égare encore parfois à la recherche d’une nouvelle définition, mais je n’ai aucun doute sur le fait que nous assistons à un processus extrêmement intéressant, qui, je l’espère, donnera une nouvelle direction.

Dans le même temps, il convient de noter que Matt Reeves puise également à pleines mains dans ce que le cinéma a déjà réussi à montrer au monde. Du côté de la parcelle Batman fait référence à la filmographie de David Fincher (Seven, Zodiac), tandis qu’en termes de structure et de ton, j’avais beaucoup d’associations avec le travail de Denis Villeneuve. Le réalisateur canadien, comme personne d’autre, sait créer une atmosphère si dense que même la plus grande salle de cinéma devient minuscule, la climatisation cesse de fonctionner et le col de votre chemise se resserre considérablement. Cependant, Matt Reeves est un réalisateur qui, outre une utilisation habile de tropes bien connus, possède également un style original, ce qui permet à son Batman de porter le poids non seulement de l’intrigue, mais aussi des attentes du public du monde entier.

Warner Bros.

Nouveau Batman était censé être un retour aux sources, montrer le héros dans le rôle d’un détective qui résout les mystères non pas par la force des muscles, mais par l’intelligence et le soutien de ceux qui l’entourent. Cela ne signifie pas pour autant que nous observons un héros sans faille et que tout se passe comme il le souhaite. Reeves met beaucoup d’emphase sur le fait de montrer Bruce Wayne (Robert Pattinson) comme un héros débutant qui fait des erreurs. Il est compétent, mais est souvent pris au dépourvu dans les combats, n’anticipe pas toujours bien les mouvements de son adversaire et pourrait même mourir s’il n’était pas soutenu par les personnages qui l’accompagnent. Dans ce numéro, Batman est synonyme de relations, il n’agit pas individuellement et, bien qu’il se présente comme un type qui fera tout par lui-même, il est bien conscient que pour atteindre ses objectifs, il a besoin d’un coup de main. Coopération avec Gordon (Jeffrey Wright) est capital précisément parce que le commissaire est un contrepoids au vengeur masqué, comme le note à juste titre Pingouin dans une scène (Colin Farrell), les qualifiant de bon flic et de flic fou. On notera également la séquence où Batman envoie Catwoman en action (Zoë Kravitz), tandis que lui-même est assis devant un écran de contrôle. Les ambitions du héros n’occultent pas sa vision sobre de ce qu’il doit faire dans une situation donnée, mais il convient de le souligner une fois de plus : Batman n’est pas parfait.

Lire aussi :   Batgirl - Vidéo de Gordon et Batman sur le plateau de tournage

Le film démontre amplement que le travail du détective masqué n’est pas facile, et un résumé capital de cela est la scène dans laquelle Oswald fait comprendre à Batman et Gordon que l’énigme du rat volant ne concernait pas un pingouin, mais la chauve-souris, ce qui provoque une légère consternation chez nos protagonistes. Il y a également un moment vers la fin du film où l’officier de police Martinez, à la troisième personne, attire l’attention du Chevalier Noir sur la véritable utilité de l’arme du crime, ce qui l’aide à résoudre l’énigme du tapis. C’était donc une excellente décision de faire en sorte que le premier ennemi de Man-Bat soit le Riddler (Paul Dano), s’amusant avec les forces de l’ordre, les forçant à suivre la piste de ses énigmes laissées sur les scènes de crime, ce qui mettait à la fois en évidence les capacités mais aussi l’inexpérience du héros titre. La présentation de l’antagoniste renvoie évidemment au profil du fou typique qui ressent le frisson avant de poignarder une autre personne, mais elle ne peut être considérée dans le contexte des apparences et des stéréotypes. La conclusion frissonnante est que les actions du Riddler ont été inspirées par le travail effectué par Batman lui-même. Ainsi, d’une certaine manière, il ridiculise les méthodes de Batman pour mettre en prison les voleurs suivants, mais à leur place viennent cinq autres.

Reeves commence le film de façon traditionnelle pour le cinéma noir avec un meurtre, mais utilise la séquence d’ouverture pour nous expliquer ce qui va réellement se jouer. La première victime est le maire de Gotham, Don Mitchell Jr. (Rupert Penry-Jones), qui, quelques instants avant sa mort, suit une rediffusion du débat politique qu’il a affronté avec Bella Reál (Jayme Lawson). Son adversaire donne l’impression d’être quelqu’un de bien, qui veut nettoyer la ville de tout mal. Ironiquement, le premier pas dans cette direction a été fait par le Riddler. Il a commencé par le sommet, a secoué le système et a fait en sorte que tous les politiciens, fonctionnaires et flics véreux craignent pour leur vie. Reeves pose une question très intéressante : si le Chevalier Noir trouvait des preuves que le maire accepte des pots-de-vin, serait-il capable de changer quoi que ce soit à la vie de la ville ? Les niveaux de gouvernement corrompus seraient-ils capables de rendre la justice ? Le Riddler sait très bien que le public est désormais atteint non pas par des mots, non pas par quelques photos de preuves, mais par quelque chose qui le touchera sous la peau – un choc provoqué par une action spécifique qui sera non conventionnelle. Batman se heurte donc à un homme dont les méthodes sont loin d’être humaines, mais il remet en cause dans le même temps la manière d’être de notre protagoniste, qui dans cette intrigue à plusieurs histoires est observée avec une grande curiosité.

photo par Warner Bros

Les critiques accusent le nouveau Batman Il y a trop de fils à la fois, ce qui rend le film difficile à digérer. Je n’ai pas cette impression précisément en raison de la manière dont les autres relations liées aux autres personnages sont réparties autour de l’enquête et des énigmes ultérieures lancées par le Riddler. Beaucoup a été fait pour lier Selina Kyle au Pingouin et à son patron Falcone (John Turturro), tout en ayant le besoin d’établir une relation avec Batman. Non mentionné auparavant, mais également extrêmement important, est le rôle d’Alfred (Andy Serkis), ce qui n’est pas énorme mais est utilisé au maximum – le thème de la paternité est abordé, mais aussi la façon dont Alfred est important dans la vie de Bruce. Il est un soutien pour lui, un ami qui veille à ce que le maître mange ses fruits, porte ses boutons de manchette et pense aussi à d’autres choses qui ne sont pas liées à l’accomplissement de sa mission. Alfred a été efficacement lié à l’intrigue principale, ce qui a permis aux deux personnages d’avoir une scène très émouvante et très importante pour le développement de leur personnage. Bien sûr, tous les niveaux de l’intrigue à plusieurs étages ne sont pas traités de manière adéquate – Selina s’avère être l’enfant de Falcone, et toute la situation avec le passé douteux de Thomas Wayne, se sent un peu comme un feuilleton sombre. En fin de compte, toutes ces intrigues trouvent leur très bonne conclusion, mais le chemin qui y mène n’est pas toujours aussi intéressant.

Lire aussi :   Batgirl - Leslie Grace et Jacob Scipio dans de nouvelles photos de plateau

Beaucoup craignaient que Batman de Reeves sera une autre tentative d’ancrer le personnage, que le Chevalier Noir sera surdimensionné de manière réaliste. Cependant, il parvient à trouver le juste équilibre entre réalisme et conventionnalité des bandes dessinées, ce qui fonctionne très bien à l’écran et le type aux oreilles pointues et à la cape ne surprend personne. Il joue avec ses gadgets et s’amuse à les utiliser, ce qui le conduit à des solutions souvent grotesques. Cela nous permet de respirer un instant de l’atmosphère sombre et rappelle au spectateur que nous avons affaire à une adaptation de bande dessinée et que tout n’est pas sérieux ici. Il en va différemment lorsqu’il s’agit des problèmes soulevés, et ceux-ci ne manquent pas à Gotham – corruption, crise de l’autorité, manque de confiance dans les forces de l’ordre, et toutes les autres situations peu recommandables dans les organes de décision. Gotham est une ville fictive, mais pas du tout éloignée de ce qui se passe dans le monde réel. Par conséquent, en tant que spectateurs, nous trouvons dans ce film non seulement un moyen d’évasion, mais nous pouvons également nous sentir proches de ce pour quoi le personnage principal se bat.

photo par Warner Bros.

Le niveau artistique de Batman est très élevé, cela se voit dans l’érudition du réalisateur et la façon dont il dirige les personnages, mais aussi dans les visuels et la musique. Michael Giacchino fait honte aux bandes-son des autres films de super-héros, offrant un outil supplémentaire pour conduire et construire la narration. Chaque fois que le thème principal retentit et que Batman sort de l’ombre, des frissons parcourent le corps et c’est tellement cartoonesque qu’il est difficile de ne pas l’acheter dans son intégralité. Paradoxalement, la réduction au minimum de l’écran vert permet de créer un spectacle comique qui s’approche de la recréation parfaite des images d’un roman graphique sur grand écran. Greig FraserLe directeur de la photographie du film aime Batman et cela se voit dans chaque image où le personnage apparaît, mais la tâche a sans aucun doute été facilitée par Pattinson, à l’aise dans son costume. Il exécute toutes les actions avec révérence, comme s’il faisait les choses au ralenti. Je comprends également pourquoi ses yeux ne sont pas couverts – aucun acteur précédent jouant le rôle n’a utilisé ce détail comme le fait Pattinson.

Lire aussi :   Classement des meilleurs films d'animation de 2021 selon Rotten Tomatoes

Mettons les choses au clair une fois pour toutes : le casting de ce film est impossible. Robert Pattinson incarne brillamment son personnage à l’écran, créant son propre Bruce Wayne et nous permettant de croire à sa transformation. La narration hors-champ fait parfois sourire de pitié, mais c’est la preuve que personne n’a honte du pedigree camp de Batman. Paul Dano offre également une performance à l’écran, bien qu’il soit plus intéressant lorsqu’il agit hors du cadre. Ce qui restera dans les annales, cependant, c’est la scène d’interrogatoire entre Batman et le Riddler, qui est habilement étayée par des dialogues et qui n’aurait pas été possible sans l’intrigue qui se construit depuis deux heures. Batman a un rythme capital, de sorte qu’on ne se sent pas fatigué de la longue durée du film, et en fait, je n’aurais même pas une idée de ce qui pourrait être coupé de ce film. C’est un exemple de production pour laquelle la longue durée est justifiée.

Il doit y avoir une autre cuillerée de goudron dans le baril de miel. Fin de Batman devient dangereusement formel, augmentant soudainement l’ampleur du spectacle, comme s’il y avait un manque de créativité pour faire les choses différemment à la fin. Le désir d’inonder la ville est toujours acceptable, mais les imitateurs du Riddler ont été ajoutés à la fin, probablement uniquement pour que Batman ait encore quelqu’un à laver dans le final. La fin du film n’est pas non plus sauvée par la scène dans laquelle Riddler parle au mystérieux prisonnier de la cellule d’à côté. Les fans ne doutent pas de l’arrivée d’un nouveau Joker, mais la scène devrait tout de même se dérouler après le générique.

Batman est une combinaison capitale de polar noir sous la pluie et de cinéma d’action et crée une expérience cinématographique qui ne sera pas facilement oubliée. Regarder Batman lire page après page laissées par le Riddler est un pur plaisir et je ne manquerais pas de regarder cinq heures de plus de son travail de détective. D’ailleurs, Reeves consacre beaucoup de temps à ses personnages et au voyage de Batman de la vengeance à l’espoir, qui a beaucoup de symbolisme et fonctionne parfaitement à l’écran – il nous laisse sur une note positive, à savoir que tous les politiciens et tous les flics ne sont pas mauvais et qu’il vaut la peine de croire que les choses vont s’arranger. Bien que Catwoman dise à la fin que c’est impossible, qu’il n’y a aucune chance d’ordre, Batman ne change pas sa résolution du début du film – il doit essayer. Il doit faire cette tentative et je pense que le public voudra suivre ce combat à l’avenir.

Georges

Written by Georges

Rédacteur en Chef sur Alchimy, j'encadre une équipe de 3 rédacteurs et rédactrice. Je publie également sur les mangas, les dessins animés, les séries TV et le lifestyle. Nous souhaitons, au travers de ce media d'actualité, vous partager de nombreuses information et vous tenir informé des dernières actualités, au quotidien. pensez à vous aboner à notre newsletter pour recevoir en avant première ces actualités.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nouvelles de la crypto-monnaie Algorand, son réseau est mis à niveau - Burzovnisvet.cz - Actions, bourse, forex, matières premières, IPO, obligations

Nouvelles de la crypto-monnaie Algorand, son réseau est mis à niveau – Alchimy.info – Cryptomonnaie

Les autorités suisses voudraient geler les crypto-actifs des principaux Russes

Les autorités suisses voudraient geler les crypto-actifs des principaux Russes