#9 – L’interview du vendredi : Lacha jeune vidéaste et professionnel du cinéma
LÉO 10 avril 2015

Temps de lecture : 3 minutes

Rencontre avec Lacha Mjavanadze, jeune vidéaste de 22 ans et professionnel du cinéma. Après un Bac L,  il est entré à la fac de Rennes en cinéma puis au bout de deux ans, il a arrêté pour commencer à travailler dans le milieu.


 

ALCHIMY : En 2014, tu as tourné, joué, réalisé un documentaire, tu peux nous en dire plus ?
Lacha Mjavanadze : Sur le film documentaire Jeudi Soir Dimanche Matin, j’étais co-auteur, acteur et cadreur. Un jour, par chance, je reçois le coup de fil de Philippe Lubliner (réalisateur) qui me dit :  »est-ce que ça t’intéresserait de faire le film avec moi ? » J’ai tout de suite dit oui. Et on est parti pour 2 ans de tournage. C’était un film documentaire sur le rapport des jeunes à l’alcool. Un documentaire assez nouveau et original dans la forme : les protagonistes disposaient eux même des caméras. C’était assez jouissif. Puis le film a eu du succès : France 3 National, France 4, France 3 Régional (6 régions), passages dans la presse nationale, Touche Pas à Mon Poste, tournée en Bretagne… C’est une expérience que je n’oublierai jamais.

 

A : Pourquoi ce sujet en particulier ?
L : Le sujet vient du producteur. Un jour, alors que le réalisateur était dans le bureau du producteur, il a vu un dossier qui était, en l’occurrence, un projet de film documentaire sur l’alcool et les jeunes. Il s’est interrogé là dessus, il a parlé avec le producteur. Puis il a décidé de le faire. Le producteur tenait réellement à faire un documentaire réaliste et très proche de la vérité. Un documentaire, un vrai, et non un reportage style W9 ou NRJ12.

 

 

 

A : Être devant et derrière la caméra en même temps, ça se manage bien ?
L : Pas facilement. Il faut beaucoup d’entraînement. Surtout quand tu filmes en étant bourré. Mais en même temps, l’idée c’est de donner la dimension la plus authentique possible, alors au final c’est plutôt réussi.

 

A : Comment ça s’est passé pour que le film se fasse diffuser sur une chaîne nationale ? C’est génial !
L : En réalité, avant de commencer le tournage d’un film, surtout un documentaire, il faut s’assurer qu’on a un diffuseur qui nous pré-achète le film. Là, en l’occurrence, c’était le cas alors de toute manière, on savait que le film était destiné à être diffusé sur une chaîne nationale.

 

A : On entend souvent dire que le cinéma est un milieu fermé, qu’est-ce que tu en penses ?
L : C’est vrai. Le cinéma est un monde qui marche uniquement par réseau et contact. Et bien évidemment par la chance aussi. C’est un milieu où il est extrêmement difficile d’entrer, mais une fois que tu es dedans, tout le monde est avec toi. Le plus dur c’est de mettre un pied dedans. Et puis avec la concurrence qu’il y a, c’est encore plus difficile. C’est comme un entonnoir. Mais en étant battant et courageux, on finit par y rentrer.

 

A : Une idée pour ton prochain film ?
L : Je suis actuellement en train d’écrire un film sur l’immigration. Un sujet qui me touche beaucoup. Et en parallèle, je réalise des courts-métrages ainsi qu’un film documentaire. Moi ce qui m’intéresse c’est de faire un film. Dire quelque chose. Parce que si on n’a rien à dire, on ne fait pas de film. Ce qui m’intéresse, c’est d’arriver au bout. Ce qu’il adviendra du film, ce n’est pas préoccupant pour moi.

 

 

A : As-tu des projets ou envies à l’heure actuelle  ?
L : J’ai des projets comme des courts-métrages (plein) et deux longs-métrages. Je ne sais pas ce que ça va donner, mais en tout cas je bosse dessus avec des boîtes de production.

 

A : Un réalisateur qui t’inspire, un film que tu voudrais faire connaitre à nos lecteurs ?
L : Oh j’en en ai plein ! Des réalisateurs préférés il y en a quelques un : Trantino, Leone, Scorsese, Dardenne, Coen, Audiard, Nolan, Visconti…
Et pareil pour les films. Mais mon film préféré c’est quand même Il était une fois en Amérique de Sergio Leone. Mais j’aime beaucoup Into The Wild, Reservoir Dogs, 12 hommes en colère

 


 Vous pouvez retrouver Lacha sur sa page Facebook ou sur son Tumblr

 

SIGLE NOIR MINI WEB

LÉO

Il a toujours rêvé d'avoir un chat, mais il est allergique aux poils de chat

Your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *