Non, Youtube ne favorise pas la créativité
TANGUY 18 février 2016

Temps de lecture : 4 minutes

Si vous vous intéressez un peu à l’actualité numérique, vous n’avez pas pu rater le dernier scandale. Un jeune youtubeur de 18 ans a attiré les foudres d’internet pour avoir largement plagié, plan par plan, un homologue américain. En quelques jours, la polémique est sortie des réseaux et a fait parler d’elle dans les médias considérés comme plus mainstream. Mais cette affaire ne révèle-t-elle pas un problème plus large de la création sur YouTube ?


Internet appartient à plusieurs grands groupes et YouTube, premier site d’hébergement de vidéos, ne déroge pas à la règle. Ce site concentre toutes les vidéos, qu’elles soient amateurs ou non, par sa facilité d’utilisation, sa popularité, mais surtout par son moyen de financement. Très variable en fonction de la popularité de la chaîne, ses vidéos offrent néanmoins la possibilité de gagner énormément, dès lors que l’on arrive à atteindre un bon stock d’abonnés. La légende d’un euro les mille vues est bien évidemment fausse. Il existe tellement de paramètres à prendre en compte qu’il devient très difficile de calculer les sommes engrangées, et la plupart des youtubeurs populaires n’ont pas le droit de dévoiler leurs revenus.

Pour autant, on peut voir un certain nombre de chaînes qui arrivent à financer largement leurs créateurs, comme Poisson Fécond, qui a lancé son entreprise il y a peu, en ayant le luxe de pouvoir se payer des employés ; ou encore Les Questions Cons, qui arrive à faire vivre trois personnes au Smic, tout en payant la location d’un studio et l’achat de matériel (c’est un regroupement de trois chaînes YouTube, mais seul LQC est vraiment rentable). Je ne cite bien évidemment pas les personnes comme Norman fait des vidéos, Cyprien ou autres Squeezie qui ont depuis longtemps dépassé le stade de simple vidéaste.

 

 

— CE MEDIA N’EST PAS A L’ABRI DES DÉRIVES
Internet et YouTube permettent à tous ceux qui veulent se lancer dans la création de contenu de rassembler des communautés autour de thèmes plus ou moins larges et de se faire une popularité assez rapidement, pour peu qu’ils soient motivés et talentueux. Très prisé par les jeunes générations, comme le montrent les chiffres de la fréquentation du premier salon français dédié au Tube, ce média n’est pas à l’abri des dérives. Même s’il existe heureusement de véritables passionnés qui tentent de proposer du contenu original, beaucoup peuvent être tentés par l’argent, la popularité et tout ce qui attrait au fait d’être une personnalité influente.

Dans un premier temps, on peut constater le nombre incroyable de chaînes jumelles. J’entends par là des chaînes qui copient largement celles qui ont fonctionné afin d’essayer de gratter les restes. Comme le souligne MisterJday, c’est souvent les plus jeunes générations qui se lancent dans un format de sketchs humoristiques sous forme de top. Je vous invite à chercher par date de mise en ligne des thèmes comme “les profs” ou “les devoirs”Je ne blâme pas ces personnes qui tentent de se lancer, ou juste de faire quelques vidéos pour amuser leurs potes, mais plus ce que cela peut amener indirectement, et le système de classement de vidéos par tendances n’a pas amélioré la chose.

YouTube regorge maintenant de vidéos qui appartiennent pour la majorité au même style, qu’elles soient sous la forme de sketchs humoristiques, même si cela peut sembler normal du fait du format qui s’y prête, de tutos de maquillage, de fringues, de personnes commentant leurs parties de jeux vidéos, des TOP (Des putain de top qui ne parlent de rien et vous donnent une demie info pour faire du sensationnaliste, ou des situations où tout le monde peut se reconnaître), etc. Il est vrai que les chiffres avancés par les Youtubeurs les plus influents peuvent en faire rêver plus d’un : 10 à 15 000 euros pour un placement de produit, des salaires qui peuvent s’élever annuellement à six chiffres pour des personnes généralement jeunes, pour des vidéos qui ne demandent aucune compétence technique réelle (Comme Enjoyphenix).

 

 

— VIVRE SANS AUDIENCE


Avec une récurrence si forte dans les thèmes abordés, les spectateurs se sont peu à peu habitués à ce type de format, délaissant de fait le reste. Il y a bien quelques web séries plus ou moins bien réalisées qui arrivent à générer un nombre respectable de vues, mais elles ne durent jamais très longtemps (exceptions à part), ce qui est bien dommage. YouTube aurait pu être une plate forme d’échanges de courts métrages autres que d’humour, mais souvent, cela ne prend pas et la vidéo reste au final assez intimiste. Ce qui est au final assez décourageant pour beaucoup.
Pas mal de Youtubeurs ayant réussi se lance pourtant dans la réalisation d’introductions scénarisées qui apportent un vent d’air frais. Ils arrivent à profiter de leur audience pour proposer de nouvelles formules, le plus souvent très bien réalisées, comme par exemple la dernière vidéo d’Antoine Daniel. Le tout sans financements extérieurs pour un projet qui a coûté plus d’une dizaine de milliers d’euros.

 


Ce média qu’est le Tube finit par ressembler de plus en plus à la TV, où les grandes chaînes récoltent la majorité des bénéfices et finissent par se ressembler, envahies de plus en plus par des marques qui font maintenant partie de l’écosystème médiatique.

Ce n’est pas grave en soi que de gagner de l’argent sur YouTube, car cela permet à des personnes talentueuses de pouvoir se faire connaître et de pouvoir vivre de leurs créations, mais le plus dommageable là dedans, c’est bel et bien la dictature de l’audience qui s’est confortablement installée dans un espace de création qui aurait pourtant bien pu vivre sans.

TANGUY

2 Comments

  1. En tout cas, YouTube favorise les chaînes à forte audience mais cette dernière n’a pas été obtenue grâce à la plateforme (Source de trafic largement externe au début…). Les gens ont des préférences de toute manière, à l’époque la TV s’est adapté à l’audience, ce n’est que bis-repetita sur Internet. Regardez la chaîne YouTube « La Vie publique », elle peut s’avérer utile à tous pour analyser les questions politiques, le créateur adopte même les codes de ce qui fonctionne actuellement auprès des jeunes.
    Malheureusement ces sujets n’intéressent pas massivement, les contenus d’intelligence et de réflexion ne suscitent pas le même intérêt que ceux immédiatement accessibles…
    Enfin bref, l’affirmation « YouTube ne favorise pas la créativité » est pour moi fausse. Quand on est passionné de toute façon rien ne peut nous décourager. :-P

  2. Bonjour Tanguy,

    C’est un article intéressant. Tu parles de Youtube mais on peut parler de la télévision également, presque plus que Youtube d’ailleurs. Beaucoup de programmes sont des programmes achetés dans des salons comme le Miptv à Cannes. Toujours dans le divertissement, on peut parler des humoristes françaises qui volent des blagues aux humoristes américains. ou encore des clones de jeux vidéo. La copie, ou l’imitation est très courante de le milieu du divertissement. C’est une sorte d’assurance que le contenu va fonctionner un minimum. Si tout se passe bien les createurs-imiteurs » se lassent et produisent leur propre contenu original après avoir expérimenté assez.

    Il y a eu pas mal d’articles, brèves prenant comme base « l’affaire Math Podcast » (du moins c’est la première image qui illustre l’article). Ton article, bien qu’intéressant est un article supplémentaire sur la thématique de l’imitation-copie-vol sur internet. Si on ajoute à ça le titre qui va susciter des réactions plutôt vives, on est en plein dans l’imitation ou l’inspiration (sur la structure hein, pas le contenu). En parlant de placement produit et de tarifs (et en graissant ce contenu) on sait que le public est sensible à cette thématique (Cf. toutes les vidéos, articles … « Combien gagnent les Youtubeurs »).

    Dernier point qui est un peu moins en rapport avec l’article. La copie c’est mal ok, mais être des centaines (je ne connais pas la population exacte du 18-25 de jeux-video.com) et s’acharner sur un gars de 18 ans ce n’est pas super éthique non plus. Ou alors on s’indigne a chaque fois qu’il y a de la copie dans le monde du divertissement. Bon courage aux apprentis justiciers.

Your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *