WMAD ? Deuxième étoile à droite et tout droit jusqu’au matin
ALCHIMY 7 novembre 2017

Temps de lecture : 5 minutes

L’enfance est un naufrage. Celui des souvenirs fracassés sur les noirs récifs de la réalité. L’amour est une échelle pour ces deux rêveurs, qui osent s’adresser aux adultes du haut de leurs impatiences synthétisées, et de leurs cris électriques.


Petit tour dans l’univers du groupe Rennais WMAD, deux enfants terribles nageant entre poésie et noirceur, avec leur nouveau projet musical, de l’électronique pop, francophone. Un nouveau projet de la scène Indé Rennaise émergente, ils m’ont donné rendez-vous dans une clairière aux abords du centre ville. C’est donc dans ce cadre plutôt bucolique que nous avons discuté de leur musique, leurs influences, et leurs projets pour l’avenir.

ALCHIMY: Les enfants, comment vous êtes-vous rencontrés ?
Antoine : C’était à une soirée rennaise à l’Étage il y a deux ans, une soirée « Big Love ». Un type m’a demandé du feu, je lui ai dit qu’il ressemblait au chanteur de MGMT avec sa dégaine. Un sujet de discussion intéressant, on a fini en after ensemble.
Maxime : C’est drôle je comptais rentrer chez moi, fatigué de la soirée. J’ai vu qu’il me restait une seule cigarette, je me suis dit « bon allez je la fume et je rentre après ». J’suis tombé sur Antoine, et ça fait deux ans qu’on se quitte plus ! (Rires)

A: Suite à ce coup de foudre, comment en êtes-vous venus à monter un groupe ?
Maxime : En fait à force d’aller chez Antoine et de toucher aux machines, aux synthés… On a d’abord composé un premier morceau un peu par hasard, puis un deuxième, et ainsi de suite.
Antoine : On avait déjà pas mal de matériel avec les potes de ATŒM, mon autre projet musical, et comme on passait nos après-midis ensemble avec Max, on a fini par se faire des sessions tous les deux. Et puis j’ai vite compris qu’il avait la gueule de l’emploi.

A: Vous avez toujours fait de la musique ?
Antoine : On a tous les deux commencé la guitare étant jeunes, autodidactes. La passion pour les synthétiseurs et autres machines est venue plus tard.

A: Depuis combien de temps WMAD existe ? Et pourquoi ce mystérieux nom ?
A/M : On compose ensemble depuis quelques mois, courant 2016 jusqu’à aujourd’hui. Nous avons choisi ce nom pour plusieurs raisons… Pour Wendy, Moïra, Angela, Darling, dans Peter Pan de JM Barrie. On trouvait que ça collait bien à notre projet dans sa globalité. C’est aussi l’acronyme de Women Make A Difference.

A: Pourriez-vous nous décrire un peu plus votre « style » musical ?
A/M : On essaie de proposer une pop électronique percutante… parfois mélancolique, visuelle et francophone. Avec pas mal d’influences différentes selon les morceaux… des influences psychédéliques, à la wave, l’alternatif, la synth pop. Un mélange de tout ça.

 

« J’aime bien ouvrir les synthés pour voir ce qu’il y a à l’intérieur … » A.

 

A: Quels sont vos rôles respectifs dans le groupe ?
Antoine : Moi j’ai ma guitare, quelques synthés, et parfois même il m’arrive de pousser la chansonnette. Max est au chant, et il a sa guitare également. Et des amis viennent avec nous sur scène pour jouer les rythmes, basse et parfois clavier.

A: Vos textes sont en français, ce qui devient assez rare, pourquoi ce choix ?
Maxime : Ça fait quelques années que j’écris des textes en français, on a décidé de poursuivre sur cette voie, assez naturellement en fait. J’écris également des textes en Langue Perdue, c’est une langue que peu de gens connaissent. Mais on l’utilise entre nous. Je ne m’en suis pas servi sur notre premier titre « 4th Dimension », mais je l’emploie dans notre prochain morceau « Enfants Perdus ».

A: Est-ce qu’on peut écouter vos morceaux quelque part ?
A/M : Oui sur notre page Facebook un premier clip est disponible. Ou sur notre page Youtube directement. Et un deuxième clip devrait voir le jour assez rapidement.

A: Dans quelle ambiance bossez-vous vos pièces sonores ?
Maxime :
Généralement on essaie de faire une session où on va vraiment tout composer ensemble. Sinon il peut arriver qu’on compose un début de morceau, une idée… et qu’on le poursuive à deux par la suite. On essaie d’être tranquilles, on s’enferme et on se concentre sur la musique.

A: Avez-vous déjà fait quelques scènes ? Ou tout cela reste à venir ?
A/M : On commence tout juste à chercher des dates, on a déjà joué au Soleil Noir en Octobre 2016. 
On s’est plus concentré sur le 1er EP cet hiver, mais d’autres dates devraient voir le jour assez rapidement, à Rennes et ailleurs.

A: Dans l’idéal comment aimeriez-vous que le groupe évolue ?
A/M : Pour l’instant on cherche à éventuellement rejoindre un label… On aimerait, à terme, pouvoir toucher un plus grand nombre de personnes, et faire de plus en plus de grandes scènes (festivals, etc.).

A: Sinon quel est votre plus grand fantasme ou rêve musical ?
A/M : Notre plus grand rêve musical ? Bonne question. On a entendu dire qu’MGMT sortirait un nouvel album bientôt… Faire leur première partie un jour serait surréaliste…. (Rires)

A: Est-ce qu’aujourd’hui vous aimeriez partager une chanson ou la scène avec un artiste ?
A/M : Oui bien sûr un jour pouvoir partager la scène avec d’autres artistes de la nouvelle scène française… Il y en a pas mal qui nous ont inspirés et qui continueront à le faire… Il y en a trop pour les citer mais comme ça rapidement je dirais Petit Fantôme, Flavien Berger, Moodoid, etc. etc.

A: Deux ou trois influences musicales ?
Antoine : POND, Tame Impala, Pink Floyd, …
Maxime : Foxygen, Mgmt, M83.

A: Pour les personnes qui ne connaissent pas WMAD, pouvez-vous décrire en quelques mots votre musique, pour donner envie aux lecteurs de vous écouter et bouger leurs body ?
A/M : Certains de nos morceaux sont vraiment pop, d’autres plus électroniques, avec pas mal de sonorités de synthés différentes, des riffs de guitare entraînants… dans chacun de nos morceaux, on donne à faire danser.

A: Une petite confidence sur l’oreiller  ?
Maxime : Antoine il est un peu spécial, à chaque fois qu’il se trouve devant un logiciel ou une machine qu’il ne connaît pas il a des étoiles dans les yeux c’est assez…. bizarre….
Antoine : ….


Les deux enfants terribles de WMAD nous proposent un univers sonore et visuel déjà bien affirmé. Ils nous entraînent dans leur imaginaire et nous n’avons plus envie d’en ressortir. Ce premier EP promet de belles choses pour la suite et nous n’attendons plus que de les voir s’emparer des scènes munis de leur fracassante poésie transportée sur l’écume de leurs guitares.

Rédigé par Paulin Carpenter.

 

 

Article réalisé grâce à la plateforme LE CLUB d’ALCHIMY.

 

 

Page Facebook
Clip Youtube
Soundcloud
ALCHIMY

Votre révélateur quotidien d'informations sociétales et culturelles indépendant et participatif.

Your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *