Rencontre avec un jeune entrepreneur, spécialiste du référencement naturel
THIBAUD 4 mai 2015

Temps de lecture : 8 minutes

Aujourd’hui, rencontre avec un jeune entrepreneur français. Dans quel but ? Pour mettre en lumière ces jeunes ayant fait le grand saut pour devenir chef d’entreprise.


 

ALCHIMY : Bonjour Pierre, tu es un jeune entrepreneur français de 21 ans. Nous avons souhaité te rencontrer pour que tu nous exposes ton parcours, tes motivations et aspirations. Quel est ton background ?
Pierre :  J’ai obtenu mon Bac ES spé Maths en 2011. Par la suite, passionné par l’informatique, je me suis tourné vers un DUT SRC. Le DUT Services et Réseaux de Communication n’existe plus aujourd’hui. En effet, il est remplacé par le DUT MMI pour Métiers du Multimédia et de l’Internet.

Je me suis tourné par la suite vers le Webmarketing. C’est la filière du web qui m’intéressait le plus avec tous les nouveaux métiers liés au numérique : référencement web, community management, vendre et gérer un catalogue en ligne… J’avais compris l’importance du mobile dans les années à venir, et force est de constater qu’aujourd’hui j’ai eu raison.

J’ai atterri à Bordeaux avec une Licence Professionnelle E-Marketing/ E-Commerce : Gestionnaire de projets (le nom de la licence en entier). Cette licence se pratique en alternance. C’est donc un excellent tremplin pour allier la théorie et la pratique. Malgré tout, il faut aussi tomber dans la bonne entreprise. C’est surement le revers de la médaille : des sociétés/entreprises/agences qui profitent de ce système pour « embaucher » un alternant, avoir une main d’œuvre à bas coût mais sans pour autant réellement s’en soucier. J’ai été « recruté » dans une petite boutique physique à Mérignac et je devais effectuer la refonte du site Internet et améliorer le SEO (référencement naturel) tout en gérant les images sociales du magasin. Je me suis retrouvé à faire de la photo, l’insertion de produits dans un catalogue (bon ok, je devais tenter de les optimiser, mais les perles n’étaient pas mon secteur d’activité favori on va dire), de la retouche photo… Avant de mettre en péril mon avenir, j’ai décidé de rompre, à l’amiable, le contrat d’apprentissage. Cela a été accordé sans trop de souci.

J’ai déniché une agence de communication qui souhaitait, elle aussi, de la main d’œuvre à bas coût (je l’ai compris trop tard…) pour rattraper un retard assez colossal. Cette expérience demeure enrichissante puisque j’ai pu traiter avec des gros clients bordelais, comme l’enseigne Peugeot. L’entreprise a fermé 2 mois plus tard, alors qu’on me promettait un CDI…

En fin de compte, j’ai réussi à obtenir ma Licence en effectuant un mémoire sur un client personnel, un coach sportif à Bordeaux. C’est donc un mal pour un bien, ça montre la dure vie d’une entreprise pour rester en « vie », mais aussi par l’indélicatesse de certains employeurs qui profitent de ces contrats pour s’offrir une main d’œuvre à bon prix.

J’ai également effectué un stage à Nantes dans une agence de référencement web, SeoMix. Cette expérience, a été la meilleure de toute ma « carrière ». C’est une fierté d’avoir pu travailler avec un ténor dans le SEO, en la personne de Daniel ROCH.

 

A : Quel est l’élément déclencheur qui t’a poussé à créer ton entreprise ?
P : J’ai créé Compétence Web puisque mes différentes expériences, exception faite de SeoMix où j’ai beaucoup appris, m’avaient montré que certaines agences mettaient clairement en avant la priorité sur la facturation de leurs services plutôt que sur la qualité des prestations et le suivi individualisé du client.

Compétence Web est née dans l’optique d’avoir une prestation de qualité et d’apporter à ses clients une expérience totalement satisfaisante à tous les niveaux. Par exemple, une clause existe pour éviter de prendre deux clients sur le même secteur d’activité (à dimension géographique) afin d’éviter la concurrence déloyale.

L’autre intérêt à la création de l’agence a été de pouvoir séparer les agences web des agences de communication. Je m’explique : la spécialité de l’agence est le référencement naturel, or mes « concurrents » locaux sont des agences de communication qui pratiquent le SEO. Mais quel est leur degré de professionnalisme en la spécialité même du référencement naturel ? Je ne dénigre pas leurs compétences, seulement peuvent-ils traiter avec la même efficacité des prestations print (affiches, design…) que des services web (création de site web, réseaux sociaux, webmarketing et référencement naturel) ?

Compétence Web est une agence même si j’aimerai retirer cette étiquette. Je remarque que beaucoup de personnes sur les groupes Facebook, Twitter ou encore sur les réseaux pros (LinkedIn, Viadeo) demandent à traiter avec des freelances. Alors oui, je suis un freelance, mais j’ai choisi le mot « agence » pour tenter de détourner cette image que l’on peut avoir de l’agence. Toutes les agences ne profitent pas des clients, et encore moins de leur naïveté. Mon objectif est d’agrandir mon agence, d’avoir des clients fidèles et de pouvoir traiter plusieurs aspects du webmarketing avec le même objectif : satisfaction client. Chaque chose en son temps.

 

A : Quelles ont été tes difficultés / réussites de départ ?
P : Les difficultés sont de trouver des clients. Résidant dans un département particulièrement rural, j’ai beaucoup de mal. J’ai aussi eu le « malheur » de créer Compétence Web au mois de Septembre 2014, dans la période où les potentiels clients élaborent leurs propres stratégies pour l’année à venir. En voyant le bon côté des choses, cela permet de se forger une petite réputation sur le web, d’essayer d’être visible de permettre aux moteurs de recherche de bien indexer le site internet.

Grâce à un léger handicap auditif, j’ai pu bénéficier de la BGE (Boutique de Gestion) pour mettre en place un planning prévisionnel, trouver les fonds nécessaires, etc. J’en parlerai plus en détails dans la partie suivante. C’est ce qui m’a ôté du pied de nombreuses épines…

Au début, lorsque l’on a pas ou peu de clients, on peut vite sombrer et se dire « ça ne marchera pas… ». Le soutien de l’entourage est alors important. Quand on ouvre une activité en tant qu’entrepreneur il est indispensable de s’assurer que l’entourage vous soutient. Afin de rester positif, après tout, il y a pire dans la vie, je pratique une activité physique régulière (5 jours par semaine). Un article sur le blog de mon agence relate mes premiers mois en tant que freelance.

Ayant pu travailler avec Daniel Roch, j’ai pu m’ouvrir un certain réseau, profiter d’un SEO Camp Day à Nantes pour rencontrer des personnes et apprendre les erreurs que d’autres ont pu faire. C’est déjà une grande opportunité, pour moi, à 21 ans de rencontrer un professionnel reconnu dans le milieu.

 

A : Aujourd’hui, la politique incitative du Ministre de l’Economie Emmanuel Macron et de la Secrétaire d’Etat au numérique Axelle Lemaire pousse les français à entreprendre, notamment dans le numérique. Le réseau French Tech mis en place il y a peu a-t-il aidé à lancer ton business ? 

P : Tout d’abord un constat global se dégage : la France est malheureusement très en retard. Pour travailler dans les bonnes conditions, tout le monde, et tout le monde sans exception, devrait bénéficier de la fibre. Cela permettrait aux Open Spaces et salles de coworking de travailler en commun avec des bons outils mis à leur disposition. La poussée du numérique devient intéressante depuis l’ouverture de l’Ecole 42, il y a deux ans déjà, par Xavier Niel. Autre souci présent en France : peu de formations sont ouvertes à l’aspect du numérique, puisque ce sont des « nouveaux métiers ». En France, le SEO (référencement naturel) est assez méconnu. Pourtant chaque entreprise devrait avoir son propre référenceur ou faire appel à des agences de référencement pour être placée sur les bonnes requêtes et optimiser leur trafic. Trafic qui peut être converti en ventes, puis être converti en chiffre d’affaires.

Concernant la French Tech, je n’ai pas pu en bénéficier. Malgré tout, J’ai profité de la Boutique de Gestion. Ce sont des agences qui apportent une aide précieuse pour « s’installer ». L’avantage c’est d’avoir des personnes qui peuvent nous aider à comprendre les choix à faire :

  • Statuts juridiques
  • Quels sont les fonds disponibles ?
  • Comment remplir les formalités administratives (en France… c’est bien connu, les administrations ont l’art de tout rendre compliqué !)

Grâce à eux, j’ai pu bénéficier d’un financement pour acquérir le matériel indispensable à mon activité et travailler dans de très bonnes conditions.

Dans ma famille, il y a un créateur d’entreprise qui a très bien réussi sa carrière professionnelle en ouvrant son agence de séjours linguistiques haut de gamme basée à Bordeaux. Cette agence est devenue une référence sur le secteur d’activité. Ses conseils me sont plus que précieux. La prise de décision est plus rassurante.

 

A : Il y a dans plusieurs semaines à Nantes le festival international du numérique, le Web2Day. Est-ce une opportunité pour toi de t’y rendre pour t’informer des tendances, réseauter, etc ?
P : Le Web2Day va être compliqué d’y accéder pour moi cette année, d’autres obligations professionnelles s’y sont intercalées. Cependant, c’est une date que je retiens pour l’an prochain. Je profite aussi des SEO CAMP à Bordeaux et Nantes, qui est une association spécifique dans le référencement naturel, et regroupe des professionnels.

Si de jeunes entrepreneurs souhaitent y aller, je les encourage. Ce sont ces évènements qui offrent l’opportunité de glisser une carte de visite, de faire connaissance, et de passer d’agréables moments. L’avantage de ces moments-là, c’est que la concurrence est mise de côté. C’est un esprit très convivial.

 

A : D’autres choses à ajouter ?
P : Je regrette que les employeurs soient trop « avantagés » par le système mis en place pour l’alternance. Je suggère de revoir cette organisation, pour éviter que certains profitent du système et ne jouent pas le jeu. Parce qu’à ce rythme, les entreprises qui font un rouleau d’alternants ne sont-elles pas vainqueur d’un système qui est censé de permettre à l’étudiant de travailler et de lui ouvrir des opportunités de carrière par la suite ? Après, heureusement, tous les patrons d’entreprises ne sont pas comme ça.

 

A : Des conseils ?
P : Bien réfléchir au projet mis en place et l’étudier sous toutes ses formes. Consulter si possible des proches ayant percé en tant que chef d’entreprise permet d’ouvrir les yeux et de mesurer les obstacles qu’il faudra franchir pour avancer et réussir les étapes.

 


Merci beaucoup pour tes réponses Pierre, et en te souhaitant le meilleur pour la suite du lancement de ton activité. On vous conseille de faire un tour sur le site de son agence Compétence Web.

 

SIGLE NOIR MINI WEB

THIBAUD

Inspecteur d'actualités

Your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *