Rencontre avec Cédric de l’équipe du Festival Fête du Bruit
ERWAN 14 août 2015

Temps de lecture : 4 minutes

Chaque année on se donne rendez-vous à Landerneau (Finistère) au festival Fête du Bruit. Pour cette 7ème édition nous avons eu la chance de rencontrer Cédric, attaché de presse du festival. 


 

Fête du Bruit c’est avant tout « une belle histoire qui a commencé il y a 7 ans » nous livre Cédric. Au départ  l’association New Déclic organisait des concerts Rock à Landerneau, notamment dans la salle de spectacle Le Family. Certains de ses membres ce sont lancés un défi de taille : créer un festival. C’est par la structure Régie Scène qu’ils organisent cette manifestation.

Pour l’édition 2015, Fête du Bruit a fait un appel à projet pour réalisé l’affiche. Une affiche reflète l’état d’esprit d’un festival et a un rôle essentiel dans sa communication. Les organisateurs ont examiné un certain nombre de proposition de graphistes pour finalement retenir cette tête de Lion. La Fête du Bruit rugit des décibels et a « eu de très bon retour sur ce visuel ».

 

— LA PROGRAMMATION

image
La programmation d’un festival est un atout stratégique pour faire venir du monde. Il est nécessaire de bien choisir ses têtes d’affiches, qui nécessitent un travail en amont.

« Au départ, il faut qu’il y ait une envie de la part de l’artiste de venir, une relation de confiance doit déjà s’être installée. La réputation joue également beaucoup » nous confie Cédric. Fête du Bruit a rapidement pu nouer des contacts stratégiques afin de proposer une programmation de haute qualité. Lorsque le festival s’est lancé, il y a 7 ans, les tourneurs les avaient déjà « identifiés et apprit à les connaître » grâce à leur expérience passée.

Au départ la fréquentation du public n’était pas aussi importante qu’aujourd’hui. Les organisateurs ont « réussi à travailler avec des agents d’artistes étrangers qui [leur] ont fait confiance par la suite ». Le festival a ainsi prit progressivement de l’ampleur et accueille aujourd’hui 16 000 personnes.

Cette année la première soirée avait une couleur Reggae avec Stephen Marley et Groundation. La star américaine Snoop Dog a également fait le show et emmener le public très loin grâce à un medley de ses plus grands hits. Mika aura su nous emmener dans son univers qui lui est propre et a fini sa tourné en apothéose sur le territoire breton tandis que les Vieux Frères sont à l’origine d’une Nuit Fauve. La deuxième soirée quant à elle avait une coloration beaucoup plus rock avec les Wampas, complétement barrés. Le chanteur a même passé davantage de temps dans le public que sur scène ! Ils ont réussi à retourner tous les festivaliers. La soirée s’est poursuivit avec Naâman, Robert Plant & The Sensational Space Shifters ou encore les spécialistes des grands show Shaka Ponk.

 

— LANDERNEAU ET LA FÊTE DU BRUIT


Le festival est installé dans le centre de Landerneau, commune finistérienne de près de 16 000 habitants.  Fête du Bruit utilise les infrastructures déjà en place et s’installe dans le parc du centre-ville.

Un festival urbain a quelques inconvénients tel que gérer le voisinage, les excès des festivaliers… Néanmoins, les avantages ne sont pas négligeables : « la proximité des commerces pour les festivaliers et un accès au camping qui ne se trouve pas très loin du site du festival ».

En parlant camping, Cédric nous évoque le village tipis. Plusieurs tipis se sont installés dans le camping. Une nuit dans un tipis ? Un confort certain mais un prix un peu trop élevé, 30 euros la nuit et par personne. Oui le confort a un prix. Cependant l’attaché de presse vient nous préciser que le festival ne fixe pas les prix et qu’il s’agit un prestataire, « nous trouvions l’idée sympathique, elle apporte quelque chose de sympa sur le camping ».

Landerneau voit sa population doubler durant le festival. Une aubaine pour les commerçants. « Nous travaillons beaucoup avec la mairie, l’office du tourisme mais également E.Leclerc ». Le géant de la grande surface est originaire de Landerneau et c’est naturellement qu’il s’associe aux événements locaux. Dans cette idée, Cédric nous fait part de son envie de vouloir collaborer avec le fonds Hélène et Édouard Leclerc afin d’associer d’avantage l’art au festival.

Les bénévoles restent indispensables pour la bonne réussite d’un festival. Pour pouvoir faire partie de l’aventure, il vaut mieux être investit dans une association de la région qui leur apporte un certain contingent de bénévoles. Ce processus permet « d’apporter une trésorerie et de participer aux associations de la région ». Cependant la porte n’est pas totalement fermée. Certains festivaliers peuvent faire des demandes individuelles, tel que les bénévoles ayant déjà aidé l’organisation des concerts de l’association Régie Scène.

Fête du Bruit n’est plus un petit festival et fait aujourd’hui place dans la cour des grands. Une programmation de qualité, un festival de ville et une super ambiance : foncez !

 

SIGLE NOIR MINI WEB

ERWAN

étudiant en droit mais pas que !

Your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *