Nuancier du féminisme
Arzhel 8 septembre 2015

Temps de lecture : 7 minutes

Le féminisme est une thématique à trolling, aux réactions vives. Mettons de côté les divergences d’avis sur le sujet pour le paragraphe suivant. Le féminisme est un sujet de société important qui mérite un article.


 

Après avoir choisi mon sujet, je pensais opter pour une approche « le féminisme vu et vécu par un homme ». J’avais donc rédigé ce billet medium afin de contextualiser ma réflexion. J’ai ensuite posté ce billet sur reddit et les réactions furent toutes intéressantes et très nuancées. Je vais donc me baser sur les +160 commentaires de reddit pour peindre un nuancier du féminisme en 2015. Si vous allez faire un tour sur le topic que j’ai lancé sur reddit vous allez vite vous apercevoir qu’on fait très vite face à l’interprétation des mots et à la connotation de ceux-ci.

 

—ROUND 1 : C’EST INTÉRESSANT MAIS TU AS TORD

Je ne suis pas d’accord avec toi quand tu écris : « C’était difficile à assumer aussi parce que je suis un homme et que par conséquent, n’étant pas dans la position d’oppressé mais d’oppresseur ». Je ne vois pas en quoi être un homme nous classe d’emblée comme oppresseur, personnellement je n’ai jamais opprimé qui que ce soit.
_NigelDuckrag

 

Voici une partie de la réponse de _NigelDuckrag à mon post. J’ai tendance à voir le féminisme avec une approche oppresseur/oppressé. S’il n’y avait pas cette situation, il n’y aurait pas de discrimination, de différenciation entre ces deux catégories de la population. On peut faire le parallèle avec le racisme où l’on retrouve ce même schéma. Les mots oppresseurs et oppressés ont été perçus comme des mots trop fort lorsque je parlais du féminisme. L’oppression est liée à la tyrannie ce qui effectivement peut paraître fort (quelques lignes et nous sommes déjà dans l’interprétation des mots et la connotation). Toutefois l’image du schéma oppresseur/oppressé fonctionne bien et est compréhensible par tous.

La question relevée par _NigelDuckrag est son détachement par rapport aux conséquences des actes de ses concitoyens masculins. Oui il n’est pas responsable de la situation actuelle et n’a joué aucun rôle dans la société patriarcale que nous connaissons. Pourtant celle-ci existe, et si elle doit être imputée à une partie de la population, c’est à la population masculine.

 

— ROUND 2 : NON, NON et NON

Je ne suis pas féministe. Je ne suis pas féministe, pourtant je sais que les inégalités homme-femme existent encore.
_HadrienDoesExist

 

Sur la question de l’inégalité, Hadrien et moi semblions être d’accord. Pourtant il a répété plusieurs fois qu’il n’était pas féministe. L’égalité, c’est une belle idée, elle fait partie de la devise de notre pays. Si l’on compare plusieurs situations (salaire, comportement vis-à-vis de la personne, standard de perfection) à aucun moment la femme n’est l’égal de l’homme, ou l’inverse. Ainsi on peut facilement conclure qu’il y a inégalité. S’il y a inégalité, il est important de se ranger du côté de la population la moins avantagée (et rangez vos arguments « un mec ne peut pas se faire payer un verre » etc. Évidemment que si.). Dans notre cas, les femmes.

Je me suis longtemps posé la question de ma légitimité à la rédaction de cette article. Je ne subis pas les conséquences du féminisme (du moins pas les pires), je suis dans une situation plutôt confortable (homme, -30 ans, jeune actif). J’ai donc posé cette question sur reddit. La plupart des commentaires affirmait ma légitimité à joindre le débat.

 

— ROUND 3 : TU ES LÉGITIME, VAS-Y LANCE TOI !

Pourquoi en tant que homme, faisant donc parti de 50% de population humaine (c’est pas rien), tu ne te sens pas à ta place quand on parle d’égalité homme/femme ? Il faudrait laisser le soin seulement aux femmes de traiter la problématique ?
_Athalis

 

Oh cool, j’ai le droit de m’exprimer. Je doutais de ma légitimité. Quel soulagement ! La plupart des retours allaient dans ce sens, avec des nuances, mais globalement j’ai pensé que j’avais ma place dans le débat. Pourtant une personne n’avait pas l’air de cet avis et me trouvait plus qu’illégitime à écrire cet article.

 

— ROUND 4 : ASCENSEUR ÉMOTIONNEL [ON], TU N’ES PAS LÉGITIME DU TOUT, VAS TE RENSEIGNER.

Ce n’est pas en donnant « ta vision d’homme » sur le féminisme que tu auras un quelconque impact sur l’oppression structurelle. Tu ne sembles même pas comprendre les tenants et les aboutissants du débat, d’ailleurs, puisque tu ne vois pas en quoi un homme érigeant son expérience en exemple est problématique dans le contexte du féminisme. Mais vas-y, fais-toi plaisir, c’est ce qui compte. Pas le féminisme, mais que tu puisses faire ton petit article sur ta petite vision.
_Sophie_the_turtle

 

D’un côté elle n’a pas tord. Ses deux commentaires m’ont fait réfléchir sur l’approche de mon article. J’ai donc choisi le nuancier qui était plus approprié que ma vision personnelle du phénomène. Comme dans beaucoup de communautés, on trouve dans le féminisme des personnes plus extrêmes que d’autres. Elles peuvent être extrêmes dans leurs mots, leurs visions, leurs actions etc. Les mots de Sophie_the_turtle étaient plus violents que les autres. Pourtant son raisonnement est digne d’intérêt et m’a montré sa vision du féminisme. Par forcément sans hommes, mais sans hommes qui s’expriment sur le sujet comme ils s’expriment sur tous les autres. Il y a une logique. Peut être qu’en écrivant ce billet je cautionne la société patriarcale moi aussi.

 

Merci, membres de reddit d’avoir écrit mon article, c’est vraiment sympa. Le féminisme, comme on peut le dire dans une agence de pub, c’est touchy. J’ai voulu aborder le sujet en me détachant dès les premières lignes de ma vision du phénomène en tant qu’homme mais c’était plus difficile qu’il n’y paraît. Le féminisme n’est pas un mot vulgaire ou à connotation négative. Il me semble que c’est un combat pour l’égalité. Il sera sans doute gagné quand on aura les mêmes chiffres sur notre fiche de paie à compétences égales (et ce n’est que le volet économique du problème…).

 

— ROUND 5 : ALLEZ, JE VAIS ME RASSURER AUPRÈS D’UNE AMIE.


J’ai eu des échanges mails avec Sasha, une amie Dj. C’est une femme, non-blanche, bisexuelle, non-cis. En guise d’introduction et d’ambiance musicale elle m’a parlé de cette chanson :

 

 

Le ton est donné.

C’est comme le débat « Black Lives Matter » versus « All Lives Matter ». Évidemment que toutes les vies comptent, que l’égalité est le but ! Mais en disant « ALL LIVES » ou « ÉGALITÉ DES SEXES », encore une fois, on passe sous silence l’oppression subie par une partie de la population, on minimise son calvaire en la mettant dans le même panier que l’oppresseur. Le fait que des gens soient choqués de ce que fait Kim K. de son corps est révélateur : c’est une femme qui a un corps et qui l’assume, et qui le montre. Elle en a le droit. Enceinte ou pas.
_Sasha

 

Maintenant vous avez une sorte de nuancier du féminisme sous les yeux. Évidemment la palette d’avis n’est pas exhaustive. L’idée était de prendre une photographie de ce qu’on peut trouver dans le féminisme ou autour du féminisme sur Internet aujourd’hui. Comme dans toute photographie, il est a des éléments hors cadre, qu’on ne pouvait voir que si l’on était sur place.

Ces échanges étaient riches, diversifiés et m’ont vraiment permis d’avancer dans ma démarche de découverte, mon appréhension, l’application du féminisme dans ma vie de tous les jours. Peut-être qu’effectivement on s’en fout, ce n’est pas pertinent que je m’exprime sur le sujet. Prendre un pseudo aurait peut-être été judicieux tiens. Les avis, blagues, idées reçues que j’entends chaque jours me prouvent tout de même l’utilité de m’exprimer sur le sujet sans pour autant prendre la parole à la place des premières touchées par le sexisme.

La grande difficulté lorsqu’on aborde une nouvelle façon de voir ce qui nous entoure, c’est que cette nouvelle manière de voir les choses peut remettre en question une partie de notre éducation. Cette éducation qui a fait qui on est aujourd’hui.

 

TRUE/TRUE/TRUTH

 

giphy

 


C’est l’article le plus dur, le plus nuancé et le plus intéressant que j’ai eu à écrire. Le problème soulevé est tellement large qu’il est très difficile de simplifier le féminisme à une lutte pour l’égalité. Les paramètres à prendre en compte sont extrêmement nombreux. Les échanges furent motivants pour la majorité et ils poussent chercher à en apprendre plus.
I’m out.

 

Arzhel

Your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *