NDE, Expérience de mort imminente : où en est la science ?
Line 16 décembre 2015

Temps de lecture : 6 minutes

La mort et ce qui en résulte a toujours intrigué l’Homme. Les NDE (Near Death Experience ou expérience de mort imminente) perturbent, troublent nos acquis et posent des questions. En évitant les interprétations et sans parler de vie après la mort, ALCHIMY tente de résumer ce que ces témoignages nous apportent et les questions que cela soulève dans le domaine scientifique. 


 

— EN FAIT, C’EST QUOI UNE NDE ?
Durant une mort clinique (arrêt de la respiration et/ou du flux sanguin), certaines personnes « reviennent de leur mort » avec un témoignage intriguant. Mais le plus étonnant, c’est que tous ces témoignages sont semblables. D’abord un phénomène de décorporation (sensation de sortir de son corps), tout en ne ressentant plus la douleur, ils peuvent ensuite regarder tout ce qu’il se passe autour d’eux… Dont leur corps physique. Ils se retrouvent ensuite dans un tunnel noir avec une lumière très puissante mais qui ne les aveugle pourtant pas, là ils y rencontrent des proches décédés ou des entités de lumière. Tout cela est accompagné d’un puissant sentiment de bien-être et la sensation de recevoir un savoir universel. Vous avez l’impression d’avoir lu un passage d’un ouvrage religieux ou d’un gars qui en a trop pris ? En effet, on ne peut nier les ressemblances. Cependant, les NDE sont toujours semblables dans toutes les parties du monde, dans n’importe quelle culture, en occident ou en orient… Donc les expériences ne s’inspireraient pas inconsciemment de ces récits religieux contrairement à ce qu’on pourrait croire.

Oui mais ça ressemble tout de même à un discours d’illuminé fan d’ésotérisme non ?

 Ami cartésien tout serait plus simple si c’était ainsi et il n’y aurait pas tant de questions chez les scientifiques. Il est bien difficile de juger la partie dans le tunnel où le « mort » rencontre ses proches etc… Par contre, la partie de la sortie du corps nous met face à des preuves irréfutables.

 

— LE TEMOIGNAGE TROUBLANT DE PAMELA REYNOLDS
Pour vous convaincre, je vous partage le plus célèbre témoignage de NDE, celui de Pamela Reynolds, chanteuse américaine de 35 ans à l’époque lorsqu’elle reçut une opération d’un anévrisme géant. Elle fut étroitement surveillée durant toute l’opération et son cerveau n’étant plus irrigué par le sang, elle eu un électroencéphalogramme plat durant une grande partie de l’opération : c’est la mort clinique. Selon la logique, elle devait donc être totalement inconsciente. Or, Pamela Reynolds était consciente… Malgré qu’elle soit hors de son corps. Une fois réveillée, elle rapporta de nombreux détails de l’opération qu’elle avait observée que ce soit les outils utilisés, la manière de procéder et même la discussion qu’il y a eu entre les médecins dont le fait que ses artères étaient trop petites pour effectuer une tâche de l’opération. C’est l’un des premiers témoignages de NDE à avoir figuré dans une revue scientifique sérieuse.

Des millions de personnes ont vécu ce genre d’expérience. Souvent, elles n’en parlent pas immédiatement de peur d’être tout simplement pris pour un fou. Certains osent parler seulement après plusieurs années. S’en suit très souvent une nouvelle vision de la vie : moins matérialiste, une nouvelle vision mystique et personnelle, une vie beaucoup altruiste, destinée à aider les autres et surtout, ils n’ont absolument plus peur de la mort. À ce niveau, la question n’est plus de savoir si on doit croire aux NDE ou non. Ces expériences existent. Et il faut les prendre en compte.

 

NDE-experience-de-mort-imminente-ou-en-est-la-science-une

 

— QUELLES POURRAIENT-ÊTRE LES EXPLICATIONS ?
Evidemment, de nombreuses explications spirituelles existent : vie après la mort, conscience hors de notre corps, existence d’un autre monde spirituel etc… Mais bien sûr puisqu’il n’y a aucune preuve, ces idées sont totalement subjectives et donc peu traitables. Les témoignages en eux-même ne peuvent être une preuve de vie après la mort puisque les personnes ayant vécu une NDE n’ont pas réellement connu la mort puisque la mort est une expérience irréversible. Or, ces personnes sont encore en vie.
L’idée rationnelle la plus répandue pour expliquer ce phénomène est la prise de médicament pendant une opération ou avant la « mort » qui donnerait des hallucinations. Cependant des NDE se produisent également auprès de personnes n’ayant pris aucun médicament ni drogue. C’est donc une théorie à écarter.

Psychologiquement, les NDE pourraient-être expliquées par la peur de la mort. Se créerait alors une dépersonnalisation qui permettrait de se défendre contre cette menace de mort en mettant totalement en avant son imaginaire et ses fantasmes jusqu’à écarter tous stimuli externes. Cette idée est contredite par certains car des NDE se produisent également auprès de personnes « mortes » sur le coup. Durant son étude (voir ci-dessous), le cardiologue Pim Van Lommel affirme d’ailleurs que « seul un faible pourcentage de patients affirment avoir été effrayés les secondes précédant l’arrêt cardiaque ».

Physiologiquement, c’est un peu la guerre des théories qui disent tout et son contraire. Mais une théorie donne une explication intéressante sur cette fameuse lumière blanche aveuglante et ce sentiment de bien être. Cela pourrait venir d’une anoxie du cerveau (manque d’oxygène) qui relâche alors un fort taux d’endorphines amenant alors une sensation euphorique. Une expérience a d’ailleurs été menée sur des rats en arrêt cardiaque pour suivre l’activité électrique de leur cerveau au moment de leur mort. Cette expérience a montré que leur électroencéphalogramme était très stimulé durant les 30 premières secondes après leur mort prouvant une perception consciente après leur mort clinique.
De nombreuses théories tendent vers un dysfonctionnement du cortex temporo-pariétal ce qui expliquerait le phénomène de décorporation (qui peut également avoir lieu dans d’autres circonstances que les NDE !). D’autres études ont pu montrer que les patients ayant rapporté une NDE avaient une activité électroencéphalographique épi- leptiforme (activité électrique très forte et anormale) dans le lobe temporal.

 

nde-experience-de-mort-imminente-ou-en-est-la-science-deux

 

Pour aller plus loin, certaines études ont été effectuées, comme celle du cardiologue néerlandais Pim Van Lommel publié dans la revue The Lancet afin d’évaluer la fréquence des NDE et en ressortir certaines causes possibles. Cette expérience étudie le cas de 344 survivants d’arrêts cardiaques. Elle conclue que 82% de ces personnes n’ont aucun souvenir de leur période d’inconscience tandis que 18% en ont des souvenirs et 12%  rapportent un témoignage proche d’une NDE classique. L’étude conclue sur plusieurs points : les NDE arrivent plus fréquemment aux jeunes, sûrement car la plupart des personnes de plus de 60 ans ont des déficits mnésiques. Il est en tout cas préférable d’avoir une bonne mémoire à court terme pour rapporter une NDE. Le fait d’avoir déjà vécu une NDE augmenterait les chances d’en faire une nouvelle. Il met également en avant la clarté des témoignages rapportés, les patients reviennent avec une conscience claire.

Bruce Greyson, professeur en psychiatrie à l’Université de Virginie, a réalisé une étude auprès de 1 595 personnes admises en cardiologie. Son étude a confirmé son hypothèse selon laquelle il y aurait plus de NDE lors d’un arrêt cardiaque que lors d’un autre problème cardiaque. Les médicaments ou la durée du comas n’affectent en revanche pas la fréquence des NDE. Il conclut également que ce sont les patients plus jeunes qui reviennent le plus fréquemment avec un témoignage de NDE.


Petit à petit, le monde scientifique s’ouvre au phénomène étrange des NDE en accumulant théories et expériences. Certaines approches nous en informe plus sur l’aspect neurologique ou sur la probabilité d’en avoir une ou non mais rien n’explique encore ce phénomène dans son entier, notamment le fait que seul une petite partie de la population ait vécu une NDE. Effet neurologique, psychologique ou existence d’une vie après la mort ? Les théories n’ont pas fini de s’accumuler. 

Line

2 Comments

Your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *