Écouter de la musique « Triste » nous rend-il heureux ?
Julie 24 octobre 2017

Temps de lecture : 4 minutes

L’automne étant arrivé avec son mauvais temps, et me trouvant à des milliers de kilomètres de mes proches, dû à mon expatriation, je me suis vue réécouter des morceaux un tantinet mélancolique. Ainsi entre deux chansons contant oh combien de cœurs brisés attendant l’amour devant leurs fenêtres ruisselantes, il m’est revenu en tête, une étude que j’avais lue il y a quelques années comme quoi la musique triste aurait un impact bénéfique sur nos émotions, et pourrait même nous rendre heureux !


Depuis plusieurs années des scientifiques de l’université de Freie (Allemagne), de Durahm (Royaume-Uni) ou encore de Jyväskyla (Finlande) se sont penchés sur le sujet pour enfin comprendre pourquoi on aime tant écouter des mélodies mélancoliques quand ça ne va pas.

 

— POURQUOI APPRÉCIE-T-ON LA MUSIQUE TRISTE ?
Au total, 722 personnes du monde entier ont participé à l’enquête de l’université de Freie et ont été questionnées à partir d’une liste de titres choisie par les scientifiques. Sur celle-ci on retrouve environ 300 œuvres réputées tristes, qui vont du classique au métal, en passant par des musiques de film ou du jazz. Fade to black de Metallica, Someone like you d’Adele ou Tears in Heaven d’Eric Clapton, côtoient les Kindertotenlieder de Mahler, la Symphonie n°3 de Gorecki ou la Lettre pour Elise de Beethoven, mais la palme classique se partagent La lamentation de Didon de Purcell, l’Adagio de Barber, ou encore la Sonate Au clair de lune de Beethoven ce n’est donc pas le choix qui manque pour émouvoir ces personnes. Après écoute, il ressort que la musique triste apporte « un large éventail d’émotions complexes et partiellement positives, comme la nostalgie, l’apaisement, la tendresse, la transcendance, et l’émerveillement ». La nostalgie est l’émotion la plus souvent évoquée. La majorité des personnes assure s’être sentie mieux après l’écoute d’airs mélancoliques, 76% des participants ont déclaré avoir ressenti « des effets émotionnels bénéfiques »

 

— QU’EST-CE-QUI NOUS POUSSE À VOULOIR EN ÉCOUTER ?
Les chercheurs de Durham et Jyväskylä ont interrogé 2 436 personnes sur les raisons pour lesquelles elles écoutaient ce type de musique.

« Souvent, la musique était recherchée pour le confort et la régulation des émotions, mais les gens ont aussi vécu des moments mémorables liés à la musique triste dans des situations inattendues, comme écouter de la musique à la radio ou dans des lieux publics. D’un autre côté, les autres types d’expériences étaient liés aux souvenirs, aux expériences esthétiques, aux moments d’introspection ou de méditation et au plaisir. Bien que l’écoute de la musique triste ait souvent été signalée à la maison, une proportion notable des comptes des participants décrivait des événements publics, tels que des concerts ou des événements religieux, ou même des moments intimes de partage social lié à l’écoute de la musique. De plus, des expériences mémorables étaient liées à des moments de repos ou de récupération, comme écouter de la musique triste après une longue journée de travail ou au lit avant de s’endormir. »

 

Dans le cas précis, l’effet est cathartique. En écoutant une musique triste, l’idée est d’évacuer ses émotions négatives, pour éviter d’avoir à les vivre en vrai. Les sentiments de tristesse suscités par la musique auraient un effet libérateur de ses propres émotions. Cependant « un large nombre de personnes associe ce type de musique avec des expériences douloureuses ». Ce type d’association peut-être physiquement et mentalement éreintant.

D’après le professeur Eerola, co-auteur de l’étude : « Les résultats nous aident à identifier comment la thérapie musicale pourrait enclencher les processus de réconfort, soulagement et plaisir. Les conclusions aident également à comprendre la nature paradoxale des émotions négatives et plaisantes dans les arts et la musique. »

 

En conclusion de ces deux études, le type d’émotions suscité par l’écoute d’un morceau mélancolique semble lié à l’expérience personnelle de chacun. Ce ressenti dépendrait également de l’âge et du genre. Les chercheurs ont ainsi montré dans les deux études que les personnes plus âgées étaient plus à même de ressentir un sentiment de réconfort lors de l’écoute, alors que les sujets plus jeunes font plus souvent l’expérience de sentiments un peu négatifs.

Pour ma part je pense qu’il est vrai que la musique peut influencer nos émotions ou notre état esprit. Par exemple le fait d’écouter une musique avec un tempo rapide et des basses prononcées vont avoir tendance à augmenter notre rythme cardiaque. Cependant, je pense qu’il est trop facile de catégoriser un genre de musique dit « triste ». En effet, une chanson qui m’émouvrait ou me ferait ressentir un sentiment de réconfort ne le ferait sans doute pas pour une autre personne. Dire que la musique « triste » rend heureux revient à dire que ressentir des sensations tristes peut conduire à une certaine quiétude apaisante. Ne serait-ce pas plutôt un sentiment de plénitude qui se développerait ?Car même si cela prend du temps, les expériences tristes sont suivies par un ressenti d’une forme de bien être.


Je ne pense pas que le fait d’écouter une musique « triste » rende heureux, mais que d’écouter une certaine musique propre à chacun peut avoir un effet bénéfique sur nous. Et surtout n’oubliez pas, écouter de la musique c’est aussi accepter de s’ouvrir à plusieurs genres et s’ouvrir, ça rend toujours plus heureux.

Source :
Memorable Experiences with Sad Music—Reasons, Reactions and Mechanisms of Three Types of Experiences
Tuomas Eerola, Henna-Riikka Peltola
http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0157444
The Paradox of Music-Evoked Sadness: An Online Survey
Liila Taruffi,  Stefan Koelsch
http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0110490#s5
Julie

Your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *