Mieux gérer son énergie pour profiter de la vie
fanny 23 septembre 2015

Temps de lecture : 7 minutes

Au réveil après une courte nuit, un œil ouvert, tu penses au déroulé de ta future journée. Sept heures de cours, un déjeuner-rendez-vous sur un dossier en cours, le sport à 18h, re-boulot sur le dossier et un verre au bar avec les copains le soir. Brr, comment faire quand ce genre de schéma organisationnel se répète tous les jours ? Comment faire pour tout gérer sans finir exténué ? Je me suis demandée comment font ceux qui y arrivent. Tout est affaire de sélection : dans quels cas vaut-il mieux s’appliquer et « investir » son capital énergie ? Et puis tant qu’à faire, nous allons faire le tour de quelques méthodes d’organisation. Tout cela dans le seul but de : bien travailler et profiter à fond de la vie !


 

— NOTRE CARBURANT DE TOUS LES JOURS
Commençons déjà par la base de notre théorie qui repose sur la notion d’énergie. Comme le diesel fait fonctionner les voitures, nous aussi avons besoin d’énergie. Cela peut sembler plus abstrait pour les humains, mais notre énergie c’est ce qui fait que nous avançons et que nous sommes productifs au travail.

Après tout c’est ce que signifie ni plus ni moins l’expression « y consacrer de l’énergie ». Le mot énergie (energia en latin) signifie « force en action ». En mécanique l’énergie signifie « capacité à fournir un travail ». On a l’habitude de retrouver cette notion dans le champ des sciences physiques, chimiques et biologiques sous son aspect pratique : éclairage, mobilité et chauffage .

Selon Vincent Cristallini dans son livre « L’habileté managériale » (Ed. EMS) la définition de l’énergie humaine est une combinaison des ressources physiques et mentales des individus.

Dans un premier temps, on peut se demander : Comment récupérer de l’énergie ? Déjà, il est scientifiquement prouvé que le sommeil est pri-mo-rdial pour que le cerveau atteigne ses capacités cognitives optimales. Quand on dort bien, les idées sont fluides, la mémoire agile, les associations d’idées plus aisées, de même que la prise de recul et une meilleure maitrise de ses émotions. Selon une étude menée par l’Université de Rochester, le sommeil permet d’éliminer les protéines toxiques du cerveau que nous créons pendant la journée. En effet, c’est seulement pendant le sommeil que notre cerveau peut éliminer le cortisol, hormone régulatrice du stress. Ce qui explique notre état anxieux lorsque nous ne dormons pas assez. Et ça, la caféine n’y pourra rien. Comme la journaliste Arianna Huffington qui nous invite à dormir avec beaucoup d’humour dans cette vidéo (VOSTF) How to succed ? Get more sleep :

 

« Dans un monde où nous devons faire face à de multiples crises, ce qui est bon pour nous au  niveau personnel, ce qui va apporter plus de joie, gratitude, efficacité dans nos vies et être meilleur pour notre carrière ; c’est aussi ce qui est meilleur pour le monde. Alors je vous conseille vivement de fermer vos yeux pour découvrir les grandes idées qui sommeillent en nous. » – Arianna Huffington

 

Selon le National Sleep Foundation (ci-dessous), le meilleur conseil serait donc de dormir 7h au minimum par nuit pour les 18-25 ans. Oui c’est dur de lâcher son portable pour dormir, un combat de tous les soirs. Mais c’est plutôt agréable de côtoyer des personnes de bonne humeur, n’est-il pas ? Voilà une super bonne excuse raison de trainer au lit le matin.

 

Le nombre d’heures de sommeil recommandées en fonction de chacune des 9 tranches d’âge : nouveau-nés (14 à 17 h) ; nourrissons (12 à 15 h) ; bébés (11 à 14 h) ; jeunes enfants (10 à 13 h) ; enfants (9 à 11 h) ; adolescents (8 à 10 h) ; jeunes adultes (7 à 9 h) ; adultes (7 à 9 h) ; seniors (7 à 8 h). (©Damien Hypolite/Sciences et Avenir)

 

Aussi, l’énergie est une question d’équilibre alimentaire et de forme physique. Manger équilibré, pratiquer de l’exercice physique sont des facteurs qui augmenteront forcément votre capital énergétique. Là-dessus, le Ministère de la Santé fait en sorte que l’on soit au courant il me semble.

 

— METTRE L’EFFORT OÙ IL FAUT
Ceci je l’ai retenu d’après une professeur de qualité et stratégie d’entreprise. Cela s’appuie sur le principe de Pareto. Issu de la Loi de Pareto, le principe a été repris par Joseph Juran et signifie qu’environ 80 % des effets sont le produit de 20 % des causes. Cette théorie du 20-80 est très répandue dans le domaine de l’entreprise. Elle explique notamment comment 20% des clients créent 80% du chiffre d’affaires. Dans la vie courante cela fait échos quand on dit que 20% des vêtements de notre garde-robe sont portés 80% du temps. Cela nous amène à nous concentrer sur nos points forts.

 

Source Shutterstock
Source Shutterstock

 

Or, en se basant dessus, on peut dégager une théorie sur la gestion de notre propre énergie. Le tout est de bien cerner l’échelle. Toujours sur conseil de ma prof de stratégie et qualité d’entreprise ; imaginons que vous devez rendre un dossier. Dans votre tête, vous visez le résultat optimal à 100%. Pour se faire vous allez consacrer des heures de travail acharnées. Félicitations !

Mais au final le professeur se serait satisfait de 80% du travail que vous avez fourni. Donc 20% de ce que vous avez fourni en plus sera votre « valeur ajoutée » : comme par exemple une introduction de deux pages au lieu d’une seule, des titres très travaillés, une mise en page ultra soignée, des phrases de liaison entre chaque paragraphes et j’en passe. Étudiant modèle, votre dossier restera dans les annales. Mais en contrepartie vous allez bâcler votre exposé du lendemain, rater une soirée entre potes et être de sale humeur parce que vous n’avez pas assez dormi. Effet papillon oblige, vous devenez insupportable pour vous-même et pour les autres. Là on parle de l’étudiant modèle, mais c’est valable pour plein d’autres domaines de la vie. Comme nous l’indique Merci Alfred dans son infographie « conseil d’un trentenaire à un vingtenaire » à propos des hobbies.

 

Sans-titre-1
Extrait de « Conseil d’un trentenaire à un vingtenaire » par Merci Alfred, basé sur la théorie de Yvon Chouinard

 

Le principe de Pareto c’est de se demander à chaque fois : je consacre combien d’énergie pour quels projets et combien d’énergie est-ce-que cela va me rapporter ? Ce que je vous propose aujourd’hui, c’est de réaliser une « balance » un peu comme on fait une balance commerciale pour les budgets des entreprises. C’est-à-dire de faire le ratio : ce que ça me coûte en énergie/ce que cela me rapporte en énergie. Si vous estimez que les 20% de valeur ajoutée vont vous rapporter assez, alors foncez ! Sinon, réfléchissez à ce qui va suivre.

« Le mieux est l’ennemi du bien. »

Ce n’est pas qu’il faille se contenter de résultats plus faibles. Loin de moi l’idée de faire l’apologie de la procrastination. Seulement parfois le retour de la note ne sera jamais aussi élevé que l’énergie dépensée pour l’acquérir. Sachant qu’une note est totalement subjective et appréciée selon un contexte à un instant T. Le dernier dossier du tas perdra peut-être deux points subjectivement à cause de la fatigue du correcteur. Et oui, la fatigue, ce fléau, personne n’en est exempt. Il s’agit juste de répartir efficacement son énergie, de façon à être performant en utilisant l’énergie appropriée.

Parce que zut, travailler c’est bien, mais à quoi bon si on y laisse toutes ses plumes sans même prendre le temps de quelques envolées ?

 

— BIEN ORGANISER SON TEMPS
Dans un récent article Slate nous interpelle sur le fait que l’on est dans une société où l’on se targue d’être « débordé ». Selon l’étude menée sur dix milles adultes par Havas Worldwide dans 28 pays, près de 40% des personnes sondées avouent qu’elles font parfois semblant d’être plus occupées qu’elles ne le sont en réalité. Syndrome du j’ai trop de choses à faire donc ma vie a un sens. J’ai raccourci mais vous avez compris l’idée.

Depuis le début de l’article nous raisonnons plus en terme d’énergie que de temps, mais évidemment ceux-ci sont intimement liés. Plus on passe de temps sur un sujet, plus on fatigue. Or le but ici est de passer le moins de temps possible pour être performant au maximum. Se focaliser, se fixer des priorités, des objectifs sont des essentiels de la gestion du temps. Fini les réunions où on ne sait pas de quoi l’on va traiter. Fini les trois heures devant son ordinateur le temps que l’inspiration vienne. Chaque action est menée pertinemment. Voici donc deux méthodes pour bien organiser son temps.

Méthode #1 : Inventée par David Allen, la méthode GTD (Get Things Done) s’attache à nous expliquer comment prendre des décisions pour fixer des priorités. Sa méthode se décline en plusieurs étapes dont le fameux « si cela prend moins de 2 minutes alors faites-le tout de suite ». Plus d’informations par ici.

Méthode #2 : La Technique de Pomodoro elle, est plus une méthode pour être efficace et apprendre à se concentrer dans un laps de temps donné. Elle consiste à découper le temps pour capter au maximum notre attention sans nous faire distraire par nos sollicitations numériques habituelles. Plus d’informations par .

 

 


 

Gérer son énergie, son temps… Peut-être qu’au final, le secret d’une vie épanouie est d’apprendre et de se rappeler chaque jour, ce qui est vraiment essentiel à nos yeux. Comment le savoir ? L’histoire du saladier de cailloux en est un gros indice.

Allez salut, je m’en vais mater Secret Story.

fanny

1 Comments

Your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *