Maquillage, pourquoi aimons-nous nous peindre la gueule ?
Line 19 novembre 2015

Temps de lecture : 4 minutes

Comme vous pouvez le constater, certaines questions existentielles me taraudent l’esprit m’empêchant même de dormir la nuit ! D’où ma question de la semaine : Pourquoi diable nous peignons-nous les ongles en doré et les yeux en bleu si ce n’est pour tenter de communiquer avec les extraterrestres ?



Mais QUI a eu l’idée d’inventer une chose pareille ?! Un enfant très laid qui se barbouillait le visage de différentes couleurs et a enfin réussi à recevoir l’amour de ses parents ? Un/e Coco Chanel ou Yves Saint-Laurent durant une vie antérieure ? Pourquoi pas, mais là je ne pourrais vous donner de réponse.
Il semblerait que nos ancêtres barbus de la préhistoire s’amusaient déjà à se maquiller pour certaines cérémonies. Mais de par nos trouvailles archéologiques, le maquillage devient très répandu dès 3000 av J-C chez les Egyptiens. Alors était-ce déjà un atout de beauté ?

Oui, mais avec un aspect plus spirituel grâce aux couleurs phares de l’époque, le vert et le noir, qui pouvaient apporter la protection divine, rien que ça ! Il y avait également un aspect curatif très important accordé au maquillage et crèmes hydratantes. Le noir permettait de protéger les yeux du vent et du sable et également de soigner les infections oculaires grâce au Khôl. Et miracle, ce noir autour des yeux leur donnait une classe de malade ! On se servait d’ailleurs du maquillage pour embellir les cadavres afin qu’ils aient un physique plus jeune permettant d’accéder à l’au-delà. Alors, le maquillage c’est bon pour la santé, ça rend beau les morts, pourquoi pas moi ? Et voilà comment commence le culte du maquillage aussi bien auprès des femmes que des hommes. Beauté et bonne santé, rien de tel pour passer une bonne journée ! #pubdelantiquité.

 

maquillage-pourquoi-aimons-nous-nous-peindre-la-gueule-trois

 

Le maquillage se développe ensuite vers la Grèce et l’empire romain où le culte de la beauté se développe également très largement créant la controverse auprès des religieux et philosophes. Bande de malotrus cessez de mettre le corps au-dessus de votre âme ! Est-ce qu’on pourrait dire que c’est à ce moment que naît également la superficialité ? C’est un peu dommage quand on sait que ces produits contenaient des éléments toxiques qui prématurément le vieillissement de la peau. Alors c’est qui l’arroseur arrosé ?! (dit-elle les yeux noirs, les lèvres rouges et la peau orangée).
Le maquillage restera toxique jusqu’au début du XIXème siècle avec le plomb qu’il contenait. Mais aujourd’hui nous avons la chance d’avoir des expériences scientifiques et des animaux pour garder notre peau belle et soyeuse tout en la colorant de tous les pigments possibles. On a de la chance dis-donc dis-donc ! (Cette dernière phrase doit-être prononcée les poings sur les hanches, le cul en arrière de 5cm, la tête légèrement baissée avec les sourcils froncés et la bouche en canard pour que son aspect ironique soit le plus puissant possible, merci de votre compréhension).

Le maquillage a donc pratiquement toujours eu pour but d’atteindre le saint-graal : être beau. Tous les matins, chacun (mais surtout chacune) s’invente Picasso du pinceau à blush. Et quand on sort dans la rue, on remarque rapidement qu’il y a de meilleurs artistes que d’autres… Permission accordée d’effacer ses défauts ou de tenter de les dissimuler par un quelconque stratagème artistique tout en renforçant ses atouts. Tout comme les vêtements, le maquillage est un effet de mode évoluant au fil des années (non nous ne nous maquillons plus comme au siècle du roi soleil). Mais chacun est libre d’avoir son propre style, sa propre identité et de passer du temps à choisir ce qu’on veut représenter en société. Car oui, je ne me maquillerais pas de la même manière si je vais au Mcdo ou à la cérémonie des Golden Blogs award (oui oui je ne m’en remets toujours pas, je l’avoue, vous pouvez m’imaginer avec un sourire béat et un gloussement débile).

 

© Eddi Aguirre

 

Mais une question me taraude alors l’esprit : pourquoi le maquillage a pratiquement toujours touché les deux sexes durant son histoire mais n’est désormais rallié qu’au sexe féminin aujourd’hui ? La beauté ne concerne actuellement que les femmes ? Ou selon la blague, « Dieu a raté sa deuxième invention, c’est pas grave elle se maquillera » ? (Lol) Alors le garçon éduqué pour être intelligent et la fille pour être une belle princesse, oui on en est encore là… Mais ne vous inquiétez pas, tout ça va vite changer ! Bientôt, il y aura la révolution des cosmétiques !! On veut l’égalité dans tous les domaines ! Donc les hommes se maquilleront bientôt… Vous n’y croyez pas ? Observez le nombre de produits cosmétiques masculins qui augmentent de manière hallucinante, ce genre de produit n’existait pas avant. Et petit à petit, on retrouve quelques hommes se maquiller les yeux en noir également comme Johnny dans une pub Sauvage ou d’autres dans des pubs de mascara. Croyez-moi j’aurais préféré que l’égalité se fasse dans l’autre sens.


Miroir, miroir, qui est la plus belle si je me rajoute une touche de mascara ? J’aime à dire que je me prends pour une oeuvre d’art tous les matins mon gloss entre les doigts. Mais est-ce vraiment obligé ? Belle dès le matin au réveil, est-ce là l’un de nos objectifs quotidiens ? Les extraterrestres doivent avoir du mal à nous comprendre malgré notre doré sur les ongles et notre bleu sur les yeux… 

Line

6 Comments

  1. aaaaah enfin une réponse à ma question! Ça fait longtemps que ça ganbergait dans ma tête de comprendre pourquoi les filles!!! Se mettent de la couleur sur le visage :D

  2. Même si des exceptions existent dans l’histoire, la femme c’est toujours plus maquillée que l’homme.
    Le but du maquillage et de trouver le meilleur partenaire. Hors les critères entre femme et hommes ne sont pas les même concernant la recherche de « l’âme sœur ».
    Ci-dessous j’explique le vrai pourquoi, mais attention; c’est mon avis sur plusieurs millénaire d’évolutions, pas une généralité. Je ne fais pas l’apologie de la misogynie, chacun est libre de suivre où non le chemin que nous présente la nature/l’évolution.

    Chez l’homo sapiens, pour des raisons pratiques(voir + bas), c’est l’homme qui est battit pour la survie, la chasse, la castagne… Et les atouts qu’il doit exhiber à l’autre sexe c’est l’argent/les muscles/le pouvoir afin de ce reproduire. Son but? Donner stabilité, sécurité et pérennité et à son foyer. Ces points ne sont que très peu dépendant de l’ADN.
    La femme, elle, ne joue pas sur le même tableau. Sa position délicate lors de la gestation et après la « force » a rester au foyer pour s’occuper des enfants. Ses atouts: sa fibre maternelle/savoir cuisiner la barbac que ramène le mari/sa beauté(ses gènes).

    En bref:
    Historiquement, le levier de l’homme et le pouvoir qui assure la pérennité de la ligné.
    La femme quand à elle, ne pouvant accéder au pouvoir doit plus jouer sur son ADN; ses atouts physiques (tour de taille pour pondre, sa bonne santé/beauté).

    Le maquillage, les vêtements, les cheveux permettent de jouer sur l’ADN.

    L’ADN est un levier plus important pour les femmes que pour les hommes parque les hommes ont le levier du pouvoir.

    Pour donner à la femmes le même pouvoir qu’à l’homme (de façon générale hein puisque des femmes ayant du pouvoir ça existe) et donc forcer vraiment l’homme a se maquiller autant que les femmes, il faudrait permettre et forcer l’homme à porter un enfant sur deux. Renier donc ce qui fait d’un homme un homme et d’une femme une femme.

    1. « Le mec relou » merci de votre réponse. Votre explication commence bien mais devient tout de même assez vite misogyne quoi que vous en dîtes ! ^^ C’est très réducteur et beaucoup trop de raccourcis de dire que l’Homme est fait pour la castagne et la Femme pour faire à manger… Je veux bien croire qu’il y ai un lien physiologique entre l’Homme et le fait de chasser, la Femme et le fait d’accoucher. Mais d’où l’ADN et notre physionomie rendraient les femmes plus aptes à faire la cuisine et à avoir la fibre maternel ? L’instinct maternel est une chose totalement inventée et assez réducteur pour l’homme également je trouve. Pour mieux finir mon argument je vous propose de lire ces quelques liens sur les tribus où les femmes ont le pouvoir dès la naissance et où les hommes s’occupent des enfants comme La tribu Khasi :http://tribusinsolites.blogspot.fr/2012/04/la-tribu-khasi-une-societe.html
      Je vous conseille également de lire l’étude anthropologique de Margaret Mead qui étudie le rôle des hommes et des femmes chez les tribus primaires pour en remarquer les différences et similitudes.
      « Dans « Trois sociétés primitives de Nouvelle-Guinée » (1935), Mead analyse, à partir de ses observations de terrain, les différences de caractère entre hommes et femmes. Chez les Arapeshs, l’ordre social s’organise en fonction de l’attention portée aux enfants, et la douceur, l’altruisme, la délicatesse sont des valeurs partagées par les deux sexes. Chez les Mundugumors, l’agressivité et l’individualisme sont de mise : les hommes pratiquent l’anthropophagie, se livrent des guerres meurtrières, et tout dans l’univers des deux sexes n’est que méfiance, violence et affrontement. Dans la tribu des Chambulis enfin, les différences de sexe semblent plus marquées : les hommes y sont avant tout des artistes, occupés à plaire aux femmes… car celles-ci possèdent le pouvoir économique. De ces trois études, Mead conclut que les différences entre les sexes sont culturelles et qu’il n’y a pas de « nature féminine ». Ainsi, les rôles sexuels occidentaux (mâle dominant et femme soumise) ne sont qu’une variante parmi une infinité de possibles. »
      Pour finir, je répondrai sur votre dernier paragraphe : à aucun moment je n’ai parlé de forcer les hommes à se maquiller et heureusement ! L’idée était plutôt de montrer que notre société devient tellement axée sur l’image que bientôt, il y a des chances que l’homme se maquille également.

  3. Eh bah perso, je ne me maquille plus (ou alors que quand j’ai envie et le temps de le faire, c’est à dire… de moins en moins) !
    J’en ai ras le bol de ce diktat social comme quoi je serais moins belle sans 3cm de peinture sur la tête.
    D’ailleurs, ma face me remercie depuis que j’ai arrêté : plus de boutons, des cils plus noirs et plus fournis, meilleure mine…
    Bref, moins j’en mets, moins j’en ai besoin.

    Elle est pas bien foutue la vie ?

    Par ailleurs, pour répondre à un mec relou, je pense La Linou a très bien résumé ce qu’il y avait à répondre. Je pense également que la quantité de maquillage nécessaire à notre époque est en grande partie formée par des normes culturelles véhiculées par les médias, tout comme les normes de beauté en termes de poids, d’épilation, etc…
    Ce sont autant de formes d’oppression (et qu’on s’entende, c’est valable aussi pour les hommes) alors que la réalité de la vie et du monde est… scoop, que chacun est différent et aspire à des choses différentes.

    Conséquemment, les filles, maquillez vous si vous voulez, et si vous voulez pas, eh bah le faites pas.

  4. Ouais… Personnellement, je préfèrerais que personne ne se maquille, plutôt que les mecs tombent dans le piège eux aussi. « Vous aussi les garçons, venez donner vos sousous à Mamie Bettencourt, y’a pas de raison qu’on ne puisse plumer QUE les nanas… Vous êtes toutes et tous TRÈS, TRÈS VILAINS sans cosmétique, alors franchement, faites un effort et vivez une VRAIE vie sociale épanouie… Comment ? Non, mes amours, inutile de nous remercier, votre Livret A le fait pour vous <3 Allez, tous sur Tinder et bonne chasse"

Your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *