L’explosion du lobby marketing dans les écoles américaines
BASTIEN BONO 28 janvier 2015

Temps de lecture : 2 minutes

La publicité est de plus en plus présente dans les écoles du monde entier : actions ludiques à caractère commercial, supports pédagogiques marquetés. Elle prend de multiples formes. C’est aux États-Unis que cette invasion de la publicité dans les écoles a commencé et est la plus développée : on estime en effet que les écoles américaines récoltent 750 millions de dollars par an grâce à la pub.


 

— DE LA PUBLICITÉ TÉLÉVISÉE TOUS LES JOURS
Premier exemple, une chaîne de télévision, Channel One. Depuis 1990, elle installe gratuitement télévisions, magnétoscopes et antennes satellites dans les lycées et les collèges américains. On estime que 40% des établissements scolaires sont aujourd’hui équipés de ce système (seuls les états de Californie et de New York l’ont refusé). Aucune générosité dans ce geste. Les élèves de 11 à 17 ans sont obligés de regarder pendant au moins 90% de leur scolarité un journal télévisé de 10 minutes concocté par la chaîne et comprenant au moins… deux minutes de publicité ! L’impact est tellement fort sur la cible que les pubs de 30 secondes sont commercialisées jusqu’à 150 000 dollars auprès des établissements !

 

2

 

— DU COCA DANS LES MÉTHODES DE LECTURE
Mais cette intrusion des marques à l’école arrive parfois bien plus jeune : 200 écoles américaines sont équipées d’une méthode d’apprentissage de la lecture basée sur des phrases du type ‘‘je mange un hamburger chez Mac Donald’s’’ ou ‘‘je bois du Coca-Cola à Disneyland’’. Les publicitaires se sont justifiés en prétendant que les petits savent identifier les logos des entreprises dès l’âge de deux ans, et qu’ainsi les insérer dans le programme de lecture les aider à assimiler les mots.

 

6

 

— DE LA  PIZZA POUR MOTIVER LES ÉLÈVES
Pizza Hut a quand à elle lancé le programme « Bookit ! » avec l’appui du ministère de l’éducation. Les élèves qui réussissent à atteindre des objectifs scolaires fixés par les professeurs sont accueillis par le directeur d’un Pizza Hut qui les récompense avec des autocollants, médailles, diplômes et bien entendu de la pizza gratuite…

1

 

— RENVOYÉ À LA MAISON POUR AVOIR CONTRARIÉ UNE MARQUE
Dans le même style, la Coke Day (journée Coca-Cola) voit des établissements organiser des journées consacrées à la marque. Ainsi, les écoles touchent jusqu’à 10 000 dollars pour faire une photographie de tous les élèves, vêtus de rouge et de blanc, et formant les mots ‘’Coca-Cola’’.

Dans son essai School Commercialism, Alex Molnar rapporte même qu’un élève portant un tee-shirt à l’effigie de Pepsi a été renvoyé chez lui lors d’une de ces journées et a été contraint de faire des excuses publiques à la multinationale.

 

3

 

Aux États-Unis, vingt millions d’élèves utilisent des supports pédagogiques fabriqués par des marques commerciales selon l’équivalent américain de UFC Que Choisir, Consumer Union. De plus, 10 % de ces enfants reçoivent régulièrement de la part des enseignants échantillons et coupons de réduction.

 


Selon le Groupe Marcuse, la présence de l’espace publicitaire dans l’espace scolaire américain a augmenté de 539 % et le sponsoring du matériel éducatif de 1875 % depuis 1990. La législation, fortement influencée par le lobbying ambiant qui règne au Parlement, n’a toujours pas posé les limites de ce marketing infantile, pourtant décrié par la majorité des experts de la pédagogie outre-Atlantique…

 

SIGLE NOIR MINI WEB

BASTIEN BONO

Ornithologue spécialiste des condors bantous à bande bleue.

Your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *