Le statut d’étudiant-entrepreneur, facilitateur de vos nouveaux projets
fanny 21 avril 2015

Temps de lecture : 3 minutes

D’après une étude sortie en mars 2015 et effectuée par l’APCE,  46% des français de 18 à 24 ans veulent créer ou reprendre une entreprise. Nous sommes en effet dans un contexte très propice à ce genre de réflexions. D’une part le numérique permet de créer plus avec moins d’apport en capitaux et d’autre part les MOOCS permettent l’apprentissage hors cadre scolaire. Et si en plus on a LA bonne idée quand on est étudiant, on est tenté de tester le terrain. Mais de là à créer son activité, le fossé est large. Vers qui se tourner pour  confronter ses idées, rebondir et établir un vrai plan ? Faut-il pour autant laisser ses études de côté ? Peut-on conjuguer études et entrepreneuriat ?


Tant de questions qui trouvent réponse dans le statut d’étudiant-entrepreneur. Depuis septembre 2014, il est désormais possible d’intégrer son projet de création d’entreprise dans son parcours universitaire. Initié par le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche,  il a pour volonté de créer une France innovante et compétitive. Il permet aussi de diversifier les profils des jeunes entrepreneurs qui sont plus généralement issus d’écoles de commerce ou d’ingénieurs.

Peu  importe le domaine d’expertise, les jeunes ont les idées : aidons-les à les mettre en œuvre.

— FACILITÉ ET SÉCURITÉ

Grâce à ce statut, les étudiants peuvent faire reconnaître leurs projets de création d’entreprise auprès de leur université. En effet, celui-ci permet dans un premier temps de dégager de l’espace dans l’emploi du temps réservé à son projet. En plus de cela il permet  d’intégrer le projet d’entrepreneuriat en tant qu’unité d’études qui est comptabilisé parmi les ECTS. L’étudiant peut donc valoriser le temps qu’il y a consacré. Comble de l’enchantement, l’étudiant peut effectuer son stage dans sa nouvelle entreprise. Et cela tout en conservant bien-sur le statut d’étudiant avec ses avantages en termes de mutuelle ou de bourses.

— RÉSEAU ET STRUCTURE

L’ambition et la motivation sont évidemment des moteurs à la création d’entreprise. Mais pour combler le manque d’expérience de la jeunesse, l’étudiant-entrepreneur bénéficie de l’aide de professionnels. Il est accompagné par PEPITE (Pôle étudiant pour l’innovation, le transfert et l’entrepreneuriat), ces structures inter-établissements dédiées à la création d’entreprise. Elles regroupent les outils pédagogiques, les communautés d’enseignants, de praticiens, les chambres de commerce et les structures d’accompagnement pour un suivi optimal. Ces structures assurent un suivi personnalisé avec l’attribution d’un tuteur ainsi que des formations. A terme, ces dernières délivrent un diplôme le D2E ou Diplôme d’Université d’Étudiant-Entrepreneur.

Ce réseau universitaire accorde aussi une aide matérielle avec un espace de travail. Dans cet espace de co-working, les étudiants de différentes orientations se rencontrent pour échanger, partager leurs idées et leurs compétences.

Nourri de ces conseils, il ne reste plus qu’à aller voir les banques avec le Business Plan, fortement crédibilisé par le suivi de PEPITE. Et même si, dans l’éventualité qu’il n’aboutisse pas, cette expérience reste extrêmement valorisante sur un CV. C’est un atout exceptionnel qui marquera la différence lors d’entretiens d’embauche.

Vous n’en avez pas entendu parler ? Hum, c’est parce que justement, c’est bien là que réside le problème. Ce dispositif bien ficelé est récent et sa stratégie de communication reste encore à approfondir (opportunité de travail pour certain ?).


 Donner le temps, le lieu, la formation et l’encadrement aux jeunes désireux de créer leur boîte, voilà une belle manière de démocratiser l’entrepreneuriat. Et si d’aventures vous tentez l’expérience, n’hésitez pas à nous en faire part. C’est avec plaisir que nous soutiendrons votre projet en lui offrant de la visibilité.

Pour plus de renseignements, rendez-vous sur le site du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

fanny

Your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *