Le Roi Arthur part en festival
Lucille 28 août 2015

Temps de lecture : 4 minutes

Le Festival du Roi Arthur a lieu ce week-end à Bréal-sous-Montfort (Ille-et-Vilaine). Sa 6ème édition danse entre têtes d’affiche et groupes locaux.


 

En 2007 Adrien Gaillard et Sylvain Guilloteau, la vingtaine, partent en week-end et blaguent : « et si on faisait un festival dans notre petite ville ? ». Aussitôt l’idée lancée, les deux amis d’enfance montent un dossier et l’exposent à la commune de Bréal-sous-Montfort (environs 5 500 habitants, à 10 kilomètres au sud de Rennes). Soutenus par les habitants de la ville les jeunes gens se lancent dans leur premier festival en 2008. L’objectif de dynamiser cette commune plaît beaucoup. Pari réussi !

 

— PARTIR DE RIEN
Les deux compères ne sont pas habitués aux festivals et s’y connaissent très peu. Ils apprennent le métier au fur et à mesure, sur le terrain. Les débuts regorgent de surprises. Contacter les tourneurs ne se fait pas en un jour et pour première année la programmation est très longue à créer. Ils se rendent vite compte que les grands artistes sont hors budget. Ils se prennent « quelques baffes » et se disent que « bah non, ça, ça va pas être possible. On va plutôt aller sur des petits artistes ou des artistes différents… ». Quelques copains de leur réseau leur filent des coups de main (Adrien Gaillard travaille dans l’audiovisuel à l’époque et connaît quelques personnes « du milieu »).

 

arthur

 

La première année, en 2008, ils attendent 5 000 à 6 000 personnes. Dans les faits, 12 000 festivaliers viennent découvrir ce nouvel évènement de fin d’été. « À 21 ans ça fait bizarre » nous confie Adrien Gaillard. La 2ème édition accueille 15 000 personnes. En 2010, le festival fait une pause afin de laisser le temps à ses fondateurs de finir leurs études tranquillement. Ils se retrouvent en 2011 avec une 3ème édition un peu différente : Adrien Gaillard devient directeur du festival et seul salarié tandis que Sylvain Guilloteau en est le président. À par eux, l’équipe se forme exclusivement de bénévoles. Ceux-ci sont nombreux et viennent principalement du coin. Mais certains ont à cœur le festival et traversent la France pour donner un petit coup de main (de Lyonnais ou des Lillois par exemple).

 

— CURIEUX FESTIVAL
Bréal-sous-Montfort fait partie de la communauté de commune de Brocéliande, fief légendaire du Roi Arthur et de Merlin l’enchanteur. Le thème est tout trouvé ! Le festival de musique représente sa région grâce à ce côté féérique, arthurien et médiéval. Chaque année plusieurs festivaliers/chevaliers viennent déguisés en Roi et Reines et tentent de décrocher Excalibur. Chacun joue le jeu et renforce l’esprit du festival.

 

Le Roi Arthur dispose ainsi d’une identité pérenne, Arthur le petit Roi qui essaie toujours de sortir une épée de l’enceinte (de musique ?). Cette année vient s’ajouter un nouveau personnage à cet univers tout droit tiré de la légende arthurienne : Merlin, son maître à penser. Et toute la ville en profite : le but du jeu, c’est aussi que la commune vive. Ainsi, le centre-ville se transforme en « village du Roi Arthur » et propose concerts, animations, jeux bretons… Autant d’activités gratuites qui permettent aux festivaliers de s’occuper pendant la journée et aux non-festivaliers de découvrir Bréal-sous-Montfort.

 

merlin

 

À part un thème fun et connu de tous, le festival du Roi Arthur se démarque à travers ses prix relativement accessibles. Alors que ses fondateurs n’allaient pas aux festivals car ils n’avaient pas les moyens de mettre 100€ dans leur week-end, ils ont fait le pari de réussir à organiser un festival sans argent (la majorité des finances du festival vient d’apports personnels) et pas cher. L’idée est de proposer un mix d’artistes renommés et de découvertes, le tout pour 32€ les deux soirées (en prévente, 44€ sur place). Ce tarif, très raisonnable au regard de la concurrence, permet d’élargir le public. Certaines personnes peu habituées des festivals prennent ainsi peu de risque financier contrairement à d’autres grandes manifestations. « Bah tient on a qu’à aller faire un tour, on va aller rigoler un week-end et ce sera pas trop cher ». Bon point pour ce festival qui arrive en fin de saison après la tournée de tous les autres festivals…

 

Quant à cette 6ème édition, des artistes connus (mais pas forcément de tête d’affiche) joueront sur les scènes Excalibur et Lancelot vendredi et samedi (on vous a déjà dit que l’esprit arthurien régnait sur le festival ?). Adrien Gaillard estime qu’il ne faut surtout pas louper The Celtic Social Club (samedi) et leur énergie folle. Un groupe qui permet de « garder l’esprit de Brocéliande » d’après le directeur. « On ne peut pas non plus passer à côté des Wampas et de Bikini Machine (vendredi) ». À côté, vous pourrez également découvrir sur scène Louis Bertignac, Tiken Jah Fakoly, Akhenaton, Cali, Salut c’est cool, le Collectif 13 ou encore Sergent Garcia. Que du beau monde ! De plus, Adrien Gaillard nous confie qu’il « risque d’y avoir quelques surprises, beaucoup d’artistes se connaissent, tournent ensemble.. ». Quelques petites impro’ peuvent survenir !

 

roi-arthur-deux

 

— LE MOT DE LA FIN ?
Nous avons demandé à Adrien Gaillard s’il avait un mot à vous faire passer, chers ALCHIMYSTES. Sa réponse est d’oser ! Lancez-vous ! « On apprend de nos erreurs et pour apprendre de nos erreurs il faut oser. Si on avait pas tenté il n’y aurait jamais rien eu, il n’y aurait jamais eu de festival ».

 


Le Festival du Roi Arthur fait parti de ces initiatives de jeunes qui débouchent sur quelque chose d’intéressant. Un festival où il fait bon vivre et qui aspire à rester tel quel, loin des « festival-usines » : simple et conviviale. Combo efficace !

 

Lucille

Your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *