La démocratie par les citoyens : idée banale et pourtant à se ré-approprier
ALCHIMY 10 mars 2016

Temps de lecture : 5 minutes

Dans un contexte de crise politique et de forte abstention, je voulais vous faire part de ma lecture de l’œuvre du philosophe politique Dewey, The public and its problems (1927), qui propose une analyse de l’origine de la démocratie à travers les citoyens.


 

— L’ORIGINE DE LA DÉMOCRATIE AUTOURS DES CITOYENS
Dewey estime que définir un État démocratique par son territoire, son mode gouvernement, ses valeurs, son peuple etc. c’est partir des causes et non de l’origine de la constitution d’un État démocratique. Il nous explique qu’un État démocratique se crée quand les individus estiment que certaines des conséquences de leurs interactions sont publiques et doivent être régulées. En effet, ces dernières peuvent influer sur la vie civile et son environnement de manière parfois irrémédiable – une entreprise qui pollue, un nouveau chantier qui va ouvrir et pose des problèmes environnementaux, des particuliers qui s’approprient des terres etc.

 

L’État démocratique n’est donc pas une forme politique abstraite imposée aux citoyens !

 

L’État démocratique se met réellement en place quand les citoyens prennent mesure des conséquences publiques de leurs interactions et qu’ils entendent résoudre les problèmes de ces conséquences en élisant des représentants qui vont s’occuper de réguler leurs interactions et les conséquences. L’État démocratique n’est donc pas une forme politique abstraite imposée aux citoyens, mais les citoyens la constitue eux-mêmes. C’est avant tout parce que les citoyens ont estimé à un moment donné que le contexte, les circonstances particulières et les problèmes liés aux conséquences de leurs interactions nécessitaient une organisation politique et l’intermédiaire d’un tiers dans leurs interactions pour les réguler, qu’un État démocratique a été instauré.

C’est donc toujours dans des circonstances et des contextes socio-politiques et économiques différents que ce sont mis en place les divers États démocratiques contemporains. Les citoyens dans leurs processus d’interactions sont donc au cœur du régime démocratique et non pas l’idée de territoire, de mode de gouvernance ou de valeurs.

 

 

— LA CONSTITUTION D’UN PUBLIC DÉMOCRATIQUE
Dewey analyse dans cet ouvrage les problèmes qu’il constate dans le peuple des États-Unis des années 1920, notamment l’absence d’intérêt politique et citoyen, et l’absence d’action citoyenne dans le processus démocratique. Il entend donc requalifier cette notion de public démocratique constitué avant tout des citoyens qui ont vu et analysé les problèmes qui concernaient tout à chacun et ont décidé de mettre en place une organisation politique qui régulerait ces problèmes. Son analyse reste donc très actuelle en ce qui concerne nos propres problèmes sociaux et politiques.

Il redonne à la notion de public démocratique toute son importance : ce sont les individus concernés par les problèmes des conséquences publiques de leurs interactions qui s’organisent et prennent les devants pour régler ces problèmes. Les individus sont à la base de la constitution de l’État démocratique, et le régule. Il ne faut donc pas oublier que les individus ont tout intérêt et tous droits à gérer les affaires publiques qui les concernent. Il faut que les citoyens reprennent conscience de ce pouvoir et de ce droit pour gérer de nouveau pour et par eux-mêmes les conséquences et les problèmes qui concernent la vie civile et son environnement.

Dewey redonne donc aux individus tout leur pouvoir politique et citoyen, à leurs actions toutes leurs légitimités, et à leur volonté d’agir pour l’intérêt général et pour leur État toute sa puissance. Ce sont les individus qui ont créé leur État démocratique, et ce sont eux qui gèrent cette organisation politique par l’intermédiaire d’élus qui sont avant tout des citoyens dont la charge est de réguler les problèmes et les interactions.

 

L’État, est la représentation du public qui s’est organisé.

 

— LA FONCTION DES ÉLUS : RÉGULER LES PROBLÈMES
Ce public démocratique élit alors des représentants qui auront à charge de réguler ces problèmes et de réguler leurs interactions. Ces représentants vont pouvoir dégager du temps pour la consacrer à cette charge. Ils n’ont donc pas plus de pouvoir, ou d’autorité politique que les citoyens lambda si ce n’est qu’ils ont été élus et ont une certaine autorité et une capacité d’intervention dans les interactions des citoyens pour les réguler.

Mais ce ne sont pas ces élus qui représentent à eux seuls l’État démocratique, et ce ne sont pas eux seuls qui ont constitué et qui constituent l’État démocratique. En somme, l’État se crée quand le public a pris la pleine mesure des conséquences qu’ils ne peuvent plus gérer, et qu’il élit des représentants pour qu’ils aient du temps pour gérer ces conséquences. L’État est la représentation du public qui s’est organisé.

 

— LA DÉMOCRATIE COMME MODE DE VIE
La démocratie n’est donc pas une forme de gouvernement ou du moins pas qu’une forme de gouvernement. C’est avant tout une organisation sociale qui regroupe les différents individus en interaction qui ont décidé de s’organiser politiquement et de créer une instance nommée État qui aurait la charge de réguler les problèmes et les conséquences publiques de leurs interactions.

L’État démocratique est la représentation de l’organisation en public démocratique des individus, c’est donc le mode d’organisation civile dans la vie quotidienne civile. Il n’y a pas le politique d’un côté et le civil de l’autre : les deux sont liés par le choix de l’organisation citoyenne et politique des individus. La démocratie n’est donc pas qu’une forme de gouvernement, c’est avant tout un mode de vie qui s’inscrit dans chaque organisation civile, dans tous domaines publiques, dans la vie quotidienne et les interactions publiques des citoyens.

 


Redonner aux citoyens toute leur importance dans l’origine de l’état démocratique permet de remettre leurs actions au cœur du processus démocratique. C’est au travers d’actions citoyennes locales qui répondent aux problèmes qui découlent des interactions des individus, que la vie civile pourra être régulée. Il doit y avoir une interaction constante entre les citoyens et les représentants pour le bon déroulement du processus de régulation des problèmes sociaux. Les représentants doivent rendre des comptes sans cesse aux citoyens qui les ont élus en étant notamment efficaces dans la tâche qui leur est confiée, Ce sont avant tout les citoyens qui forment le gouvernement et le peuple démocratique.

Rédigé par Camille Morin

 

Article réalisé grâce à la plateforme LE CLUB d’ALCHIMY.

ALCHIMY

Votre révélateur quotidien d'informations sociétales et culturelles indépendant et participatif.

Your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *