La consommation abusive de séries n’est pas punie par la loi
Hugo 2 novembre 2015

Temps de lecture : 4 minutes

Le « binge-watching » vous connaissez ? Si vous ne connaissez pas, c’est sans doute que vous pratiquez sans même le savoir.


 

Pour mieux comprendre le phénomène du binge-watching, pensez à votre indéboulonnable cuite de fin de semaine. Comme une bonne partie des jeunes qui ont grandi dans les années 2000, vous ingérez assez rapidement des doses d’alcool plus ou moins balèzes (si, si, on le sait). C’est ce qu’on appelle du « binge-drinking » : se goinfrer, s’empiffrer rapidement d’alcool. Le binge-watching c’est le même principe, mais avec les séries télés. Littéralement : se gaver de séries en enchaînant les épisodes les uns après les autres pendant des heures jusqu’à dévorer toute une saison d’affilée sans s’arrêter. Ça y est vous vous reconnaissez ? Vous inquiétez pas, nous aussi.

 

— MERCI NETFLIX !
Le binge-watching est devenu un véritable phénomène culturel, qui n’est plus réservé aux seuls fans compulsifs de telle ou telle série. D’abord rendue possible grâce aux sites de streaming, cette pratique s’est largement répandue pour devenir quasiment la norme aujourd’hui, en particulier parmi notre génération assoiffée de série en tout genre.

Le géant Netflix a bien compris ! La plate-forme de visionnage américaine, qui offre un accès illimité à son catalogue de films et de séries en échange d’un abonnement mensuel, met désormais ses séries en ligne saison par saison. Tous les épisodes d’une même saison sont disponibles immédiatement. Attendre une semaine pour savourer le prochain épisode ? C’est fini maman, Netflix est là maintenant. Comble de la binge attitude, plus besoin de se lever ou d’appuyer sur sa télécommande pour passer à l’épisode suivant, il se lance tout seul après 15 secondes. À vous de l’arrêter ou pas. C’est dire s’ils ont tout compris aux nouvelles manières de consommer des séries.

 

— DES SÉRIES, TOUJOURS PLUS DE SÉRIES
Car oui, notre rapport aux séries TV a bel et bien changé. Finie la trilogie du samedi sur M6 qu’on attendait avec impatience chaque semaine. Aujourd’hui, on prend son ordinateur ou sa tablette, on télécharge sa série préférée (légalement bien sûr !) et on se prépare pour un moment sympa : les boissons, les chips, le chocolat, un ou une amie, son ou sa chéri(e). Tout est paré. On s’installe confortablement dans son canapé ou dans son lit, avec pour unique projet de ne plus bouger pendant quelques heures, les yeux rivés sur l’écran. Les plus accrocs n’hésitent pas à rester enfermés toute une journée dans leur bulle télévisuelle, ou parfois ne voit plus le jour pendant un week-end entier. Quel délice d’avaler une bonne série, s’y plonger jusqu’à oublier le temps qui passe. On ne sort plus le chien, adieu les contraintes, le monde extérieur disparaît. Quand une série nous plaît, difficile de résister à l’appel de l’épisode suivant…

Il faut bien avouer que les séries TV se sont métamorphosées depuis quelques années. Et disons-le, il y a de plus en plus de séries de grande qualité. Des titres cultes ont envahi le monde entier, que tout le monde connaît maintenant sur le bout des lèvres : Games of Thrones, House of Cards, Walking Dead, Breaking Bad… Toutes ces séries au budget colossal et à l’audience planétaire, qui font autant parler dans les cours de récrés qu’à la machine à café. Les séries sont devenues de véritables attractions. De nouveaux mots barbares sont même apparus : spoilers, spin-off, reboot, etc. Bref, impossible de passer à côté. Alors, comment résister à l’envie de dévorer les séries d’une seule traite ?

 

GeeksMirage_BingeWatching1

 

— VOTRE SANTÉ EST EN JEU
Plaisir aussi jouissif que coupable, le binge-watching nuirait gravement à la santé. Plusieurs études sérieuses le montrent. Un étudiant de l’université d’Austin au Texas a réalisé une recherche sur le binge-watching pour tenter d’en comprendre les effets. Sur 316 personnes interrogées, 237 ont été diagnostiquées comme binge-watchers. Ces derniers montraient systématiquement des symptômes de dépression plus importants que les autres, semblaient plus enclins à la solitude et présentaient des difficultés à maîtriser leurs comportements. Pas rassurés ?

 

bingewatching

 

Une étude encore plus récente reportée par The Independant démontre carrément des risques graves pour la santé des amoureux du gavage télévisuel. Près de 86 000 personnes ont été suivies pendant 18 ans : 5 heures d’affilée ou plus de télévision par jour multiplient par deux les risques d’obstruer une artère avec un caillot sanguin, en comparaison de ceux qui la regardent 2h30 ou moins. Et les 40-59 ans qui binge-watch ont même six fois plus de risques de faire une embolie pulmonaire. En même temps, une autre étude récente démontre qu’il ne faut surtout pas faire confiance aux études… Allez, bouffer de la série si vous aimez ça : let’s binge !

 

Hugo

Joueur, calin, tatoué et vacciné. Prix à débattre.

Your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *