Embauche : M. Thug Yann candidat face à M. Boris Boomer
Jubibu 25 mai 2016

Temps de lecture : 8 minutes

Thug Yann, jeune diplômé en marketing est candidat à l’embauche dans l’entreprise de M. Boris Boomer, responsable du département marketing d’une société française de taille moyenne. Une situation somme toute classique entre un Y et un Baby Boomer… l’entretien débute :


 

Boris Boomer : Bonjour, installez-vous, je reviens tout de suite, je dois régler quelques papiers. […] Oui, alors donc c’est pour le poste d’assistant en marketing. Eh bien écoutez, je vous laisse vous présenter et ensuite je vous en dirais un peu plus sur le poste.

Yann : Bonjour, merci de me recevoir. Alors je suis Yann, j’ai validé mon Master 2 en Marketing International, il y a déjà un an. Entre temps, j’ai travaillé en intérim. J’ai déjà effectué deux stages dans le marketing, le premier au Royaume-Uni, où j’ai pu mettre en application mes connaissances dans une grande entreprise du web et parfaire ma maîtrise de la langue anglaise.

J’ai aussi fait un stage dans un centre d’appel en Espagne qui s’occupait de faire des études de marché. Aujourd’hui je suis dans la grande distribution, mais je suis à la recherche d’un poste dans mon domaine pour revenir à ce que j’aime vraiment, et surtout continuer à développer mes compétences.

 

entretien-sept
Le premier échange entre M. Thug Yann et M. Boris Boomer se passe plutôt bien, comme le prouve cette photographie issue d’une banque d’images.

 

BB : D’accord, très bien. Alors nous ce qu’on recherche aujourd’hui sur ce poste d’assistant marketing junior, c’est une personne qui sache s’adapter rapidement et qui s’investisse au maximum dès le début. Le CDD commencera la semaine prochaine pour une durée de 6 mois et on n’aura pas le temps de former la personne en question. C’est pour ça qu’il est impératif que le futur candidat soit opérationnel tout de suite.

Dans l’idéal, on aimerait aussi quelqu’un qui connaisse déjà bien l’analyse statistique et la data en général pour nous aider à développer d’autres marchés. L’anglais est indispensable, c’est pour ça que c’est bien que vous étiez partis à l’étranger un peu. Si vous connaissiez une langue asiatique, ça serait un gros plus, car on cherche à conquérir les marchés chinois et japonais.

Y : Je me sens à l’aise avec les missions proposées et je suis motivé pour apprendre ce qu’il me manque. Je sais que ça sera difficile, mais je ferais mon maximum pour que ma période d’adaptation soit la plus courte possible. Ça serait également une belle opportunité de revenir dans ma ville natale.

 

This is the end (again)

 

BB : Je vais être franc avec vous. Je vous sens motivé, mais au vu de votre CV, j’ai peur que ça soit un peu juste. C’est vrai qu’on recherche le mouton à 5 pattes vous allez me dire, mais je sais qu’il existe. Je vois bien votre motivation, mais notre management est orienté « résultat », on ne peut pas se permettre d’avoir un maillon faible ne serait-ce que quelques semaines. En tout cas pas pour ce poste d’assistant junior. Je pense que ça va être un peu juste pour vous, car je ne vois aucune réelle expérience dans le domaine, mis à part vos deux stages, et encore ce ne sont pas de vrais emplois que vous avez occupé…

Y : J’entends bien ce que vous me dites, mais je pense malgré tout être un bon élément. N’oubliez pas que j’ai passé 5 ans à étudier le marketing et que j’ai prouvé à travers mes stages et mes voyages mes capacités d’adaptation, d’apprentissage et d’autonomie. Vous pouvez demander à mes anciens employeurs ce qu’ils pensent de mon travail…

 

entretien-deux
Arguments, oppositions… l’entretien entre ces deux mondes semble sans pitié, comme l’illustre ce visuel.

 

BB : Je vous fais confiance, il n’y a pas de soucis de ce côté-là, je dis simplement que votre profil n’est pas tout à fait en adéquation avec ce CDD d’assistant junior. Puis certaines missions seront techniques et on ne peut pas se permettre de lâcher quelqu’un comme ça.

Y : Technique, comment ça ?

 

BB : Eh bien au niveau de la veille concurrentielle et du benchmark, il faudra savoir collecter les informations puis les mettre dans un fichier Excel. L’idée c’est de pouvoir faire quelques tableaux intéressants pour que je puisse de mon côté les analyser plus tard.

Y : Vous savez que c’est ce que j’ai déjà fait lors de mes stages ? Je suis motivé aussi bien parce que ce domaine m’intéresse, mais également parce qu’en revenant en France, je voulais retrouver mes amis et ma famille.

Classic punchline part. 1 :
Vous n’avez pas assez d’expérience !

 

BB : Si je peux vous donner un conseil, il faut savoir être égoïste et penser à sa carrière. Si vous êtes en couple par exemple, faites vos choix et la vie privée s’adaptera derrière la vie professionnelle.

Y : … Quels sont les freins dans ma candidature ? Je n’arrive pas à comprendre.

 

BB : Eh bien pour faire court, vous n’avez pas assez d’expérience dans le domaine, vous êtes encore un peu jeune et donc pas assez mûr professionnellement. Votre génération a tendance à ne pas… s’investir suffisamment pour le dire de manière polie, alors que le travail est une valeur importante pour nous… on attend quelqu’un qui sache travailler dur…

Y : Désolé de vous couper, mais si vous pensez que je suis fainéant, je vous arrête tout de suite. Pour avoir le droit de toquer à votre porte, j’ai dû passer 5 ans à étudier, j’ai dû partir deux fois à l’étranger pour y faire des stages et approfondir mes langues qui sont justement nécessaires pour ce poste aujourd’hui. Bien entendu, j’ai eu quelques boulots par-ci par-là l’été pour mettre un peu d’argent de côté.

Aujourd’hui, c’est le troisième entretien que nous passons ensemble, après avoir rencontré auparavant votre RH, et le chef du département, après avoir passé des tests de performances et de logique. J’aimerais aussi relativiser cette décision car nous parlons ici d’un CDD de 6 mois en tant que junior et non d’un CDI. Et tant bien même que cela serait un CDI, ce n’est pas un mariage non plus. Alors j’entends bien que vous recherchiez quelqu’un de motivé, de compétent etc. Je le suis, mais avoir autant d’exigences envers quelqu’un tout en sachant qu’il ne sera pas reconduit après 6 mois, c’est difficile vous y consentirez.

 

entretien-un
M. Boris Boomer tente d’expliquer à M. Thug Yann que sa vie va être plus difficile que la sienne. Il va rencontrer plus d’obstacles pour conquérir un emploi contrairement à lui où le taux de chômage culminait les 3% !

 

BB : Je vous comprends soyez en sûr, mon fils à le même âge que vous, mais les choses ont changé et notre entreprise est vraiment différente des autres. La compétition est rude. Restez dans cette posture volontaire, vous nous avez rappelés plusieurs fois pour en savoir où était le processus de recrutement etc. Continuez, ça va payer. Ça fait plaisir de voir quelqu’un qui en veut et qui va de l’avant comme vous. Vous avez un beau CV pour votre âge…

Y : … Vous n’êtes pas la première entreprise où je postule, j’ai déjà envoyé plus d’une centaine de CV, et passer une vingtaine d’entretiens. Je me suis presque spécialisé dans la passation d’entretien d’embauche, mais apparemment ça n’est pas encore suffisant.

 

BB : Gardez courage, j’ai deux enfants qui ont à peu près le même âge et je sais que ça n’est pas facile.

Y : Au fait, comment vous avez fait pour en arriver à ce poste ?

 

 

RETOURNEMENT DE SITUATION ABRACADABRANTESQUE 

 

 

BB : Haha bonne question ! J’ai un parcours totalement atypique pour tout vous dire. Après avoir dû repasser mon bac, je ne m’étais pas présenté la première fois car j’étais dans ma période rebelle, je suis parti en Irlande et dans les pays nordiques avec deux amis. À l’époque le service militaire était obligatoire et nous voulions y échapper.

En rentrant en France, j’ai fait des petits boulots un peu partout. Je me déplaçais dans les entreprises et j’y restais quelque temps avant de changer parce que je m’y ennuyais, un peu dans le bâtiment, dans l’administration, en tant qu’assistant comptable même. Puis j’ai commencé un jour ici en bas de l’échelle. Avec le temps j’ai gravi les échelons et on m’a laissé ma chance jusqu’à diriger le département marketing de l’entreprise où j’y suis depuis plus de 25 ans maintenant.

entretien-cinq
M. Thug Yann est déboussolé, comme le démontre cette photographie durant cet échange. Les points d’interrogation illustrent parfaitement sa situation.

 

Y : Attendez, ça veut dire que vous avez appris tout seul ?

BB : Non pas vraiment, j’ai juste mon bac c’est vrai, mais, j’ai surtout pu compter sur quelqu’un qui m’a tendu la main et qui a pris du temps pour me former. J’ai travaillé et voilà comment j’en suis arrivé là.

Classic punchline part. 2 :
On est en crise maintenant !

 

Y : Vous êtes parti à l’étranger pour apprendre l’anglais ?

BB : Non jamais, à part en vacances. Je baragouine plus que je ne le parle en réalité.

 

Y : Donc si je résume, vous n’aviez pas de diplôme dans le domaine à part votre bac – la seconde fois – pas d’expérience non plus et on vous a tendu la main à un moment donné pour que vous puissiez apprendre et qu’on vous forme petit à petit ? Et vous ne parlez pas trop anglais

BB : Oui c’est bien ça, mais pour l’anglais, avec les gestes, il y a toujours moyen de se faire comprendre.

 

entretien-trois
Peut-on reprocher à M. Thug Yann d’avoir cette vision de Boris Boomer quand il a accédé au monde du travail ?

 

Y :  …

BB : Je comprends ce que vous pouvez penser, mais l’époque était différente. On est en crise maintenant.

 

Y : « La crise, la crise… notre génération est née dedans… Ça fait partie de notre pain quotidien si vous me permettez un petit trait d’humour. On est habitué à trouver des solutions, rien de nouveau pour nous en tout cas. »

BB : Bon écoutez, je vais réfléchir et je vous recontacte bientôt pour vous donner ma réponse définitive. Vous m’avez l’air d’en vouloir et j’aime ça.

 


Si vous vous intéressez à la fin de l’histoire, sachez que Yann n’a pas été recontacté par M. Boris Boomer. Il poursuit son emploi dans la grande distribution et attend la réalisation de la promesse d’évolution dans un grand groupe qui sait récompenser les plus méritants.

Avertissement : Les personnages de cet article étant réels, toute ressemblance avec des individus imaginaires, serait fortuite et indépendante de la volonté de l’auteur.

Jubibu

De l'humour et des idées claires

1 Comments

Your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *