Le corps d’ ORLAN : territoire de revendication
Pauline Charpentier 20 avril 2016

Temps de lecture : 3 minutes

ORLAN est une artiste plasticienne et l’une des pionnières de la performance « art corporel » en prenant comme matière première son propre corps.


 

ORLAN est née à Saint-Étienne sous le nom de Mireille Suzanne Francette en 1947, elle devient dans les années 1960 ORLAN. C’est une artiste engagée, prenant comme base pour son travail : le corps. Que ce soit par la sculpture, la peinture, ou ses installations, elle questionne le statut du corps dans la société, principalement celui des femmes qui à cette époque était un territoire de revendication, où les questions sur la contraception, l’avortement, la sensualité, la « liberté sexuelle » était au cœur des débats publics. ORLAN s’engagea donc dans une lutte contre les pressions sociales qui s’exercent sur le corps, en utilisant le sien comme matière première, elle provoqua un geste plastique mais surtout politique.

 

— BAISER DE L’ARTISTE
En 1977 se tenait la quatrième édition de la Foire International d’Art Contemporain à Paris, l’artiste engagée dans le féminisme, proposa au public une performance qui les invitait à venir déposer 5F en échange du « baiser de l’artiste » ou déposer un cierge à « Sainte-ORLAN », deux stéréotypes de la femme très présents à cette époque : Marie la femme Sainte ou Marie-Madeleine la prostituée.
Le « baiser de l’artiste » fit un énorme scandale, jugé d’inapproprié, elle fut insultée de prostituée, menacée par courrier, virée de son travail, traînée dans la boue par les médias, ORLAN fit l’effet d’une bombe dans le milieu artistique mais surtout dans les milieux sociaux et politique. Le scandale que provoqua le « baiser de l’artiste » montra la facette cachée d’un public, d’une violence extrême. ORLAN devient l’artiste à abattre.

 

 

ORLAN-1977-Le-baiser-de-l-artiste

Cette photographie est la photographie officielle du « baiser de l’artiste ». On peut y voir ORLAN portant une photographie d’un buste de femme nue, ce buste est celui de l’artiste. C’est donc une photographie d’une photographie de son corps dénudé.

Sur son buste est écrit « INTRODUIRE 5F », « LE BAISER DE L’ARTISTE » et « MERCI ». Ces trois écritures ont été positionnées à des endroits bien choisis ; le cou étant le placement des cordes vocales : le droit qu’a une femme de s’exprimer librement le droit à la parole, la poitrine : la représentation de la féminité, la sensualité, mais aussi la poitrine maternelle, le pubis : liberté sexuelle.
Le placement de la fente, du tube, et de la boite de réception des pièces sont aussi des choix qui n’ont pas été anodins. La fente se trouve en haut du buste, centrée et à l’horizontale, elle est poursuivie par le tube qui est centré mais quant à lui, à la verticale. Pour finir, la boite de réception des pièces est de forme triangulaire au niveau de son entre-jambes. Les positionnements se regardent dans leur ensemble : la fente et le tube donnent une direction vers la boite, la boite qui est de forme triangulaire, un triangle inversé : symbole de la féminité.

 

Orlan1

 

— LA CHIRURGIE ESTHÉTIQUE VS IDÉAL DE BEAUTÉ
ORLAN est aussi connue pour ses multiples chirurgies esthétiques, de 1990 à 1993 elle mit en scène 9 opérations. Son but était de fuir les standards et stéréotype de son époque, tout en s’offrant un nouveau physique, une nouvelle image sur laquelle elle pourrait de nouveau travailler.
Cet « art charnel » fut tout un processus de travail, durant laquelle ORLAN mis en scène chaque opération, que ce soit par les décors, l’ambiance et les textes que l’artiste récitait durant les opérations. Le résultat physique final ne comptait pas. Son principal objectif était de détourner la chirurgie utilisée principalement pour répondre à un idéal de beauté. Elle étudia les prothèses destinées au rehaussement des pommettes ainsi que les gestes chirurgicaux jamais demandés, pour questionner « le laid » du « beau ». ORLAN entame un processus de travail sur l’image et les critères physiques d’une époque. Le bloc opératoire devient alors son atelier de recherche.

ORLAN est une artiste engagée qui questionnera tout au long de son œuvre et encore aujourd’hui : l’image, le reflet de la société à travers le physique, les diverses pressions sociales orchestrées pour répondre à un idéal de beauté, qui aujourd’hui sont malheureusement toujours d’actualité.

 


Le jeudi 21 avril ORLAN donnera une conférence à l’ESAM de Caen dans le cadre de sa double exposition « ORLAN Today » qui aura lieu au Franc Normandie Caen du 23 avril au 20 août ainsi qu’à l’église Saint-Sauveur du 25 juin au 20 août.

Pauline Charpentier

Your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *