Clique veut faire le pont entre les cultures et les générations
baptiste 25 juin 2015

Temps de lecture : 3 minutes

Mouloud Achour était de retour sur le web cette année. Après avoir été bien accueillie sur les réseaux sociaux, son émission « Clique », qui n’avait pas rencontré le succès escompté à la télévision, a désormais son site : Clique.tv


 

C’est des problèmes de budget qui n’ont pas permis à Mouloud Achour de se lancer dans une deuxième saison sur les ondes de Canal+. Mais Clique.tv avec son petit budget, a quand même réussi à faire pas mal de choses durant la première saison, ce qui lui ont permis d’avoir une très grosse audience en replay. Il a fallu aller chercher le public là où il se trouvait. Il n’est pas le samedi midi devant la télé (heure de l’ancien programme), même devant la télévision en général. Clique touche maintenant des gens qui ne font plus la différence entre les écrans.

 « On ne fait pas la course aux clics, mais aux kiffs. » Mouloud Achour

Car maintenant, c’est une plateforme dédiée aux contre-cultures. Un projet inscrit dans la volonté affichée de Canal + d’investir le web. Sur Clique.tv, il y a des articles au long format, des portraits, des enquêtes, des témoignages, de l’actu. Mais surtout de la musique, avec chaque jour des nouveaux sons, ou encore du dessin humoristique. Une façon de capter un large éventail d’internautes et leur permettre ensuite d’accéder aux contenus vidéos de la page YouTube attitrée. “Le référencement de ces différentes news permet de capter de nombreux internautes. C’est un moyen plus sûr de faire de l’audience qu’un rendez-vous télévisuel qui correspond moins à la démarche voulue”, explique François Jost.

 

— ÉCLECTIQUE ET PAS ÉLITISTE
Et le succès a été au rendez-vous, car grâce un contenu de qualité, le reportage sur Istanbul réalisé par Kim Chapiron en est un bon exemple, Clique.Tv a réussi à trouver son (jeune) public. Et petit à petit les portraits inédits sont devenus LA marque de fabrique de Clique. Du fils de Trieiweiler, à Kanye West en passant par Emmanuel Tod ou encore Siyahka Traoré (Frère de Buna Traoré), Mouloud Ashour enchaîne les interviews et rencontres, comme il le dit sur le site, des bons ou mauvais, gentils ou méchants, fous ou géniaux. Tout cela dans le but de ne pas s’intéresser à l’actualité mais au monde actuel.

 

 

— MOULOUD, LA PLAQUE TOURNANTE
Pour pouvoir s’entretenir avec Kendrick Lamar et même Jean Touitou (fondateur d’A.P.C), encore faut-il avoir une notoriété et cela contre toute attente, Mouloud Achour semble l’avoir. Avant d’intervenir au Grand Journal de 2008 à 2013, en tenant une chronique sur les nouveaux mouvements. Mouloud Ashour a d’abord fait de la radio et a été journaliste dans la presse écrite : il a tenu le journal Radikal de la fin des années 1990 au début des années 2000, et écrit les premiers articles sur Rohff, Booba, insérant dans le journal les interviews de rappeurs français, systématiquement mis en couverture. Il a ainsi participé à The Source, magazine spécialisé dans le hip-hop, et collabore actuellement à Technikart et au magazine féminin Be. Il fut également un des premiers rédacteurs de l’édition française de Vice. Pour finir, il fondera le label Kerozen avec le groupe de rap La Caution.

 


Alors même si le statut de journaliste de Mouloud Ashour est souvent contesté, Clique s’impose tout doucement sur internet.  A l’aide de Canal + et à grands coups d’interviews exclusives elle devient une chaîne YouTube et un site référents pour la jeunesse d’aujourd’hui.  

 

SIGLE NOIR MINI WEB

baptiste

2 Comments

  1. Mouloud est comsidéré comme un journaliste par tous ceux qui le suivent et apprecient son travail. J’ai meme vu certains artistes refuser les Interviews d’autres medias sauf celle de mouloud justement car ils savent qu’ils peuvent lui faire confiance. Il est bon, honnete et ne deforme pas les propos donc parfait pour s’exprimer librement sans avoir peur de voir sa parole arrangée pour faire un titre choc à la Voici ou Gala. Big up à mouloud!

Your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *