ATYPICAL La nouvelle série tendre et véridique de Netflix à ne pas louper !
Line 22 août 2017

Temps de lecture : 6 minutes

Encore une nouvelle petite pépite pour Netflix. L’originalité se veut d’abord dans le sujet même de la série : l’autisme. Pourtant, même si nous suivons un adolescent atteint de ce trouble, la série n’est pas du tout dramatique. Bien au contraire, tout est très doux, fluide, attachant, amusant… C’est aussi agréable que le côté frais de ton oreiller. 


Sam, en terminale, 18 ans, autiste, décide de surmonter énormément de barrières afin d’arriver au but qu’il s’est fixé : avoir une petite-amie.

— UNE SÉRIE SUR L’AUTISME
Comprendre le quotidien d’un autiste est quand même l’un des buts premiers de la série, vous l’aurez compris. La mise en scène nous fait ressentir les moments de stress de Sam avec beaucoup d’aisance, grâce aux nombreux plans subjectifs où le son est vite trop fort et embrouillé, les lumières aveuglantes nous donnant une impression désagréable d’étouffement : on veut s’enfuir et loin. Le scénario, bien sûr, nous fera nous rendre compte de nombreux petits détails sur Sam : il ne comprend absolument pas le second degré, il est très cartésien et note toutes les règles et conseils qu’il peut entendre sur un carnet (les règles, c’est très important !). Il ne supporte pas le contact léger, il faut le toucher franchement ou pas du tout, il manque de tact… Et surtout un point qui reviendra tout au long de la série : il est honnête, sa plus grande qualité et son plus grand défaut.
Mais tout ça est-il vraiment réaliste concernant l’autisme ? Difficile à dire sachant que je ne connais aucun autiste dans mon entourage donc je n’ai pas de comparaison si ce n’est avec des bouquins… Si quelqu’un qui s’y connait particulièrement et a vu la série pouvait partager son avis en commentaire ça serait top ! Bref, il faut quand même savoir que l’autisme n’est pas une maladie avec une liste de symptômes clairement définis, c’est un trouble psychologique plus ou moins important avec des degrés très différents. On peut déjà noter que Sam est sûrement un autiste dit à « haut potentiel », c’est-à-dire avec un QI élevé, vraisemblablement Asperger. Tout d’abord car il est très intelligent avec une grande culture mais seulement dans des thèmes précis, notamment les animaux et l’Antarctique pour Sam. Mais surtout il sait communiquer avec son entourage et c’est sûrement l’une des caractéristiques les plus difficiles pour l’entourage d’un autiste, que Sam n’a pas particulièrement. Il a toujours du contact visuel, il suit la conversation sans problème….

— LA FAMILLE AVANT TOUT
Mais l’autisme n’est ici qu’un prétexte de l’histoire, car si tous les personnages sont très concernés par cette situation, ce n’est pas le trouble en lui même qui est analysé mais bien le développement de tous les personnages. Si Sam reste le personnage principal, nous suivons également le quotidien des 3 autres membres de sa famille qui auront chacun leur problématique à résoudre. Casey, la petite sœur, est sûrement le personnage que l’on retiendra finalement le plus, peut-être car c’est à elle qu’on s’identifie le plus ? Mais sûrement aussi car c’est le personnage à la fois le plus attentionné, le plus perspicace, très mature, sensible, avec du caractère et un gros coeur, le tout servi par une actrice talentueuse et charismatique. Oui Casey est le membre de la famille qui a le plus acquis l’idée de s’occuper de son frère autiste (normal elle a toujours vécu ainsi), mais elle ne veut pas pour autant s’effacer pour lui aux yeux de tous. Elle est en seconde et les choses commencent déjà à évoluer pour elle : l’arrivée d’un petit-ami mais surtout une grande école loin de chez elle qui pourrait l’accepter. Peut-elle se permettre de tout quitter, notamment son frère, alors que c’est elle qui le comprend le mieux et l’aide le plus dans son quotidien au lycée?

Le père quant à lui a toujours eu du mal à nouer du lien avec ses enfants mais surtout avec Sam, de ce qu’on comprend il a vraiment eu du mal à accepter la situation. Mais depuis que Sam a besoin de conseils sur les filles, leur relation se resserre et il va tout faire pour palier au manque qu’il a pu créer. La mère en revanche, est la petite critique que j’ai à dire sur la série. Le scénario ne joue pas en sa faveur car si nous aurions pu détester le père il y a quelques années, nous assistons à présent aux mauvaises décisions de la mère ce qui la rend détestable. Oh, une mère détestable dans une série américaine ? J’ai l’impression que ça se répète non ? Certes, nous comprenons sa situation, elle a tout donné pour ses enfants surtout Sam, cependant elle n’arrive pas à les voir grandir et ne cesse d’avoir peur des nombreux dangers que peut connaître Sam. Le fait qu’ils n’aient soudainement plus besoin d’elle la blesse affreusement et la psychologue de Sam, Julia, ne cesse de le lui rappeler. Malgré avoir compris cela, ça ne m’a pas empêcher de ne plus pouvoir voir sa gueule et de la traiter de connasse derrière mon écran #coeurcoeur. J’espère que cette vision horrible qu’on nous donne de cette mère va changer au cours de la 2ème saison !

 

— UNE SÉRIE TENDRE & PLEINE DE VÉRITÉS
L’autisme de Sam sert aussi à nous rendre compte de tous ces petits codes sociaux que nous avons inculqués inconsciemment, des règles inexplicables, parfois illogiques. Ce sont toujours des scènes interpelantes. Mais ce qui m’a réellement plu c’est le côté très cartésien et analytique de Sam sur chaque situation associé aux sentiments des personnages ou la mise en scène parfois très poétique. C’est toute cette ambivalence que nous arrivons à percevoir qui rend tous ces moments très beaux. Par exemple lorsque Sam a besoin de savoir s’il aime une fille ou non, il demande devant ses deux parents « maman, comment tu as su que tu aimais papa ? » comme l’on demanderait « tu peux m’expliquer comment fonctionne un moteur ? ». Forcément, leurs réponses et leur attitude vont être remplis de tendresse, même si Sam, très premier degré, ne s’en rend absolument pas compte. À travers tout ça, nous sommes obligé d’apprécier Sam et tous ces questionnement qui nous paraissent au premier abord évident mais qui ne devrait pas l’être. On apprend à aimer le quotidien en en comprenant tous ses sens cachés.
Que dire de plus pour vous convaincre totalement ? Si ce n’est qu’on ne s’ennuie pas une seconde et qu’on accroche tout de suite à tous ces personnages vous l’aurez compris, ils sont l’essence même de la série. Vous n’aurez pas de surprise incroyable ou d’émotion forte à la Game of Thrones c’est clair. Mais vous passerez un excellent moment, pleins de douceur, de tendresse et de simplicité où vous ne pourrez contenir votre compassion pour tout ce qui s’y déroule.


Sam fait tout pour rentrer dans le moule ( et la moule… Je n’ai pas pu m’en empêcher désolé, je vous jure que j’ai honte) et se sentir moins bizarre. Mais finalement cette série nous rappelle seulement que tous ces petits codes sociaux ne sont qu’un leurre essayant de nous persuader de notre normalité. Au final, Sam a surtout un but bien précis qui est le même que nous partageons tous : celui d’être aimé. Atypique, ça oui ! Et ça fait tellement de bien !

Line

Your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *