Art Sonic, une 20e édition riche en festivités
ERWAN 23 juillet 2015

Temps de lecture : 4 minutes

Direction Briouze en Normandie où le temps d’un week-end le petit village va vibrer au son des plus grands avec son festival Art Sonic qui fête cette année ses 20 ans. L’occasion pour nous d’interroger son président, Arnaud Louveau. 


 

ALCHIMY : Le projet Art Sonic est parti de quelle idée ?
Arnaud Louveau : L’association a été créée en 1995 par une bande de potes féru de concerts. À cette époque il y avait peu de festivals et très peu de concerts. À 20 km de chez nous se trouvait le festival punk Festirock. Par la suite, on a voulu aussi monter notre association pour pouvoir faire notre festival, deux fois par an : printemps et hiver. Par la suite, on s’est installé dans le bourg, sous les halles. On a voulu s’agrandir pour mieux accueillir nos festivaliers pour qu’ils ne partent pas le soir même.

 

A: Quelle est la marque de fabrique d’Art Sonic ?
A.L : On est une association avec un seul salarié. Le reste est constitué uniquement de bénévole. On monte le festival avec nos petites mains. On se connait pratiquement tous sur les 370 bénévoles. Il faut savoir qu’on reste dans un milieu rural dans une commune de 1 600 habitants.

 

art-sonic-vingt-ans-affiche

 

A : Vous fêtez vos 20 ans cette année, c’est quoi le secret ?
A.L : Il n’y en a pas, c’est plutôt une rigueur professionnelle. On a tous des emplois différents et on met toutes nos compétences pour que l’on puisse monter notre structure. Chacun apporte sa pierre à l’édifice. Il y a aussi de l’acharnement. En 2007 on a eu une très mauvaise édition avec une perte financière, donc prendre les mauvaises expériences comme appui et avancer pour s’en sortir. Cette année c’est les 20 ans, on a mis la barre haute en programmant Shaka Ponk, The Avener…

 

A : Que représente l’affiche ?
A.L : On a jamais eu de visuel pour le festival, si ce n’est le visuel du logo de notre association qui représente un petit bonhomme punk. Tous les ans on recherche une nouvelle dynamique, une nouvelle image, un nouveau visuel pour pouvoir se démarquer et montrer qu’Art Sonic ne reste pas sur ses acquis. On essaye toujours d’améliorer d’année en année, que ce soit du côté de la communication, mais aussi du visuel. Les 20 ans c’est plein de petits bonshommes qui ont participé aux éditions, représentant les artistes et autres bénévoles. On a même fait un jeu pour essayer de découvrir qui était qui. Mais surtout notre visuel, c’est notre nom, c’est notre typographie, c’est Art Sonic.

 

A : La saison d’été est forte en festival, la concurrence est rude. Entre organisateurs c’est plutôt la compétition ou l’entraide ?
A.L : On est assez intelligent pour travailler ensemble, par exemple avec le Festival Beauregard. Sous des systèmes de communication, nous sommes présents chez eux et vice versa. Il y a aussi des échanges qui se font. Mais on à tous notre festival dans notre région. Beauregard se déroule début juillet et nous fin juillet. Comme ça, on ne se marche pas dessus. On est conscient du travail  des autres et j’espère qu’eux aussi. Chacun a sa place. On est un festival avec un style de musique plutôt alternatif avec du ska, punk, rock, reggae. Cette année on mise plus sur l’électro.

 

 

 

A : Les bénévoles sont indispensables à la réussite d’un festival, comment les attirez-vous ?
A.L : On est différent des autres, on ne les recrute pas sur Internet. Le lien se fait par connaissance. Par exemple, on était 320 l’an passé. Cette année il en faut  370. On marche surtout grâce au réseau familial.

 

A : Qu’est ce qu’il ne faut absolument pas louper cette année ?
A.L : J’ai envie de ne rien dire, mais c’est trop facile comme réponse, mais le groupe Shaka Ponk est à voir. Il va attirer du monde. Moi personnellement je conseille de voir Gaspard Royant que j’aime beaucoup parce que ça a un côté Rock’n Roll à l’anglaise. Il y a également L’Opium du Peuple qui va ouvrir vendredi le festival, tout le monde attend Naâman. Cette année il y a un panel  d’artistes pour tous les goûts.

 

A: Les Veilles Charrues ont été mises à rude épreuve avec le groupe Salut C’est Cool niveau sécurité, vous êtes préparé ?
A.L : Oui tout à fait on s’est préparé, C’est un groupe imprévisible, mais on sera là pour que ça se passe au mieux. Avant cette année, notre record était de 13 500 personnes, là on va passer à 18 000. On a toujours été prêt pour dépasser nos limites en adaptant toujours nos dispositifs en fonction du nombre de festivaliers.

 

A : Un message à faire passer à nos ALCHIMYSTES ?
A.L : Pour ceux qui ne connaissaient pas encore Art Sonic, c’était l’année où il fallait le découvrir. Pour ceux qui n’ont pas leur pass, il faudra attendre l’année prochaine maintenant. Le festival est à taille humaine, mais avec une qualité exceptionnelle.

 

SIGLE NOIR MINI WEB

ERWAN

étudiant en droit mais pas que !

Your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *