Analyse du phénomène Brony, l’alliance des grands Hommes et des petits Poneys
Line 26 septembre 2017

Temps de lecture : 5 minutes

C’est par hasard que j’apprends un jour l’existence des BRONIES, des hommes fans du dessin animé My Little Pony Friendship Is Magic*. Au premier abord je me suis dit : « c’est quoi ce délire ?  » jusqu’à être réellement interpellée. Je me suis penchée sur ce phénomène en quête de réponses : pourquoi ce dessin animé en particulier crée un tel phénomène ? 


— L’AMPLEUR DU PHÉNOMÈNE
Vous me direz « au pire ils aiment un dessin animé, oui et alors ?  » mais ça ne s’arrête pas là du tout. Les Bronies se sont réunis en une véritable communauté avec ses valeurs, son vocabulaire, ses pages web, ses rendez-vous annuels… On adore Bob L’éponge et pourtant aucune communauté de ce genre n’existe ou du moins pas aussi grande ! Cette communauté par leur nombre de membres pourrait être comparée à celle de Minecraft, eh oui. De plus ses membres sont aussi atypiques puisqu’ils ne correspondent pas du tout au public originellement visé par les créateurs de la série à savoir plutôt des petites filles aux alentours de 5-10 ans. Les Bronies sont composés principalement d’hommes âgés entre 15 et 35 ans, c’est-à-dire pratiquement l’opposé de ce à quoi on peut s’attendre, et c’est bien sûr ce qui rend ce phénomène si intéressant et interpellant !
Tout a commencé sur le site 4chan, le forum américain où démarre généralement la plupart des modes et mèmes internet. Une discussion s’ouvre sur la qualité de ce dessin animé devenant un véritable sujet de réflexion très sérieux découvrant un véritable potentiel pour la série. Les discussions s’enchaînent, et les fans de My Little Poney pullulent sur le forum, au point d’être finalement interdites sur le forum. Et quoi de mieux que d’interdire une chose pour mieux renforcer une communauté la défendant ? Les Bronies naissent à ce moment là, décidant de se réunir entre-eux en créant leurs propres sites web, leurs propres mèmes, leur vocabulaire mais surtout leurs valeurs bien ancrées : la gentillesse, être soi-même, accepter l’autre, mais surtout l’amitié bien sûr.

 

Parfois c’est mignon…

 

… Parfois ça dérape

 

— POURQUOI CE DESSIN-ANIMÉ ?
Ok ça a l’air très mignon avec de bonnes valeurs, mais est-ce suffisant ? La popularité du dessin animé commence par un look totalement différent des anciens poneys qu’on pouvait voir, ici ils sont mignons, élégants, modernes… De plus chaque poney a une personnalité bien marquée qui ne passe pas inaperçue que l’on peut comprendre par leur dessin unique sur le postérieur. Donc visuellement, c’est vraiment bien. Mais sinon ça raconte quoi ? Malgré les nombreuses alertes que j’ai pu lire disant de ne pas commencer à le regarder au risque de devenir trop accro, j’ai regardé quelques épisodes pour me faire mon propre avis.
Nous suivons les aventures de Twilight Sparkles (je me rappelle du nom c cho), élève de la princesse du royaume, elle étudie sans cesse. Un jour, la princesse lui demande d’aller dans un petit village et rencontrer d’autres poneys, acte difficile pour l’asociale Twilight. Elle rencontrera finalement 5 poneys aux caractères bien différents, chacun apportant ses qualités, conseils et maladresses au groupe. La force de leur amitié leur permettront de traverser de nombreuses épreuves.
Les deux premiers épisodes sont réellement de bonne qualité, digne d’un bon film d’animation pour enfant. Nous avons toujours une morale à chaque épisode qui est assez bien amenée et parfois un certain second degré qui passe bien et change des dessins animées ordinaire. Cependant, on reste tout de même dans un monde très utopique, où tout le monde est gentil (si ce n’est pas le cas il le devient rapidement), tout est beau, tout est rose… Et on anticipe très facilement le scénario. Bref, je n’ai pas accroché.
Je pense que le succès de ce dessin-animé vient donc d’abord du fait que leur communauté fût d’abord interdite, ça renforce toujours les convictions surtout quand l’interdiction n’a pas lieu d’être (t’as quoi contre les poneys mignons ?). Au niveau du dessin-animé, la principale qualité sont les personnages travaillés avec du caractère, ce qui change des habituels dessin-animés : on n’a pas d’un côté les gentilles filles, de l’autre les garces, les intellos, les mecs qui veulent se la jouer… Chaque personnage a des qualités et défauts bien précis qui seront acceptés par toute la société, et c’est beau. Mais la série a du coup été travaillée par la suite pour également plaire aux adultes avec de nombreuses références à des séries et films ce qui renforce forcément l’attraction autour du dessin-animé !

Une référence à The Big Lebowski dans un bowling
Le poney Docteur Whooves avec un sablier comme symbole…

 

— MAIS BIEN SÛR, ÇA NE PLAÎT PAS À TOUT LE MONDE
Forcément, il y a toujours des gens qui sont dérangés quand certains n’agissent pas comme la norme le voudrait « le monde part à la dériiiive ! ».  Mais comment les ignorer quand ils pullulent sur internet et de ce fait augmente leur communauté ? C’est comme ça que je me suis intéressée au phénomène et que de nombreuses personnes sont devenus brony comme Adrien 20 ans « j’ai vu pas mal de références à la série sur internet sans trop comprendre pourquoi, puis j’ai découvert l’existence du fandom mais je ne comprenais toujours pas l’engouement pour la série donc j’ai décidé de regarder le premier épisode, puis le deuxième, puis la saison 1 ainsi que les autres. » Pas évident du coup de partager sa passion, tu passeras toujours mieux auprès des gens si tu es un mec qui baise des putes et fait des fusillades dans GTA plutôt que de prôner l’amitié et les beaux poneys. « Ma famille a été un peu surprise au début mais ensuite elle a été très compréhensive mais il y a d’autres personnes devants lesquelles j’évite d’aborder le sujet (…). Je pense que ce qui dérange c’est qu’un homme s’intéresse à quelque chose qui, à première vue, semble destinée aux petites filles« . Plus que la barrière de l’âge, c’est la barrière des genres qui semble dérangeante.


C’est sûr, la communauté Brony n’est pas commune et a de quoi surprendre par son ampleur. Mais quand j’entends que des gens prônent à nouveau le nazisme, qu’il n’y a plus de honte à être raciste, homophobe etc. Ça me rassure de savoir qu’il existe quelques bronies autours de nous. 

*Mon Petit Poney l’amitié c’est magique

 

 

Line

1 Comments

Your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *